Louis Guédet

3 février 1917

Lettre de ma chère Madeleine qui me dit que Jean tire le canon à Fontainebleau et fait du service en campagne par ce froid !! Pauvre enfant ! Fait quelques courses en sortant des Galeries Rémoises, et rentré chez moi pour mettre mon courrier du jour au point. Reçu lettre plus que charmante de M. Bouvier, vice-Président du Tribunal. Ces gens-là m’aiment et m’estiment je crois. Conclusion : journée banale avec du froid, et peu de canon. Pauvre soldats, pauvres enfants dans les tranchées. J’en ai les larmes aux yeux quand j’y songe.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Paul Hess

3 février 1917 – La gelée n’ayant fait que s’accentuer chaque jour, depuis le 23 janvier, le thermomètre descend à – 21°.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

 Cardinal Luçon

Samedi 3 – Nuit tranquille.- 9°. Journée tranquille.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Samedi 3 février

En Belgique, un coup de main ennemi sur un de nos petits postes du secteur de Saint-Georges a échoué sous nos feux.

Dans la région de Saint-Mihiel, notre artillerie a exécuté un tir de destruction sur les organisations allemandes de la forêt d’Apremont. En Lorraine, une attaque dirigée sur nos tranchées au sud de Leintrey a échoué sous nos feux.

Vives actions d’artillerie dans les secteurs de Louvemont (rive droite de la Meuse) et de Metzeral (Vosges).

Sur le front russe, à 1’ouest de Srowentich (au sud-ouest de Brzezany), un détachement d’Allemands, vêtus de pardessus blancs, a pénétré dans les tranchées de première ligne de nos alliés, après un violent bombardement. Une contre-attaque russe, appuyée par l’artillerie, a rejeté 1’ennemi dans ses positions de départ.

Sur le front roumain, fusillade et reconnaissances d’éclaireurs.

Sur le front italien, canonnade dans le val Sugana et en Giulie.

Le comte Romanones, président du Conseil d’Espagne, déclare que la situation créée aux neutres par la note de l’Allemagne est des plus graves. Le même langage a été tenu par le gouvernement danois.

La Suisse, dès à présent, et en prévision d’une accentuation du blocus, a adopté des mesures de restriction alimentaire.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Saint-Mihiel

Saint-Mihiel

Share Button