Louis Guédet

Lundi 26 février 1917

898ème et 896ème jours de bataille et de bombardement

6h1/2 soir  Temps gris, brumeux, nuageux, moins froid qu’hier. Le calme et le silence. Il m’a été confirmé qu’un avion allemand avait été abattu hier dans nos lignes vers Champigny. Ce matin fort affairé et dérangé continuellement, vu le médecin qui me dit qu’Adèle serait remise dans 3/4 jours. En attendant elle est au lit. Après-midi 2h levée de scellés place Drouet d’Erlon, fait des courses, été chez l’abbé Camu, curé de la Cathédrale, pour lui remettre diverses sommes pour nourrir sa fondation, culte, etc…  de la part de Madame Mareschal. Causé un instant avec Pierre Lelarge qui sortait de chez l’abbé, il me disait qu’il trouvait que j’avais vraiment de la vertu d’avoir pris la charge de juge de Paix. Je lui ai répondu que bien que peu courue il fallait bien que quelqu’un se dévoue pour prendre la corvée. De là passé aux Galeries Rémoises pour des bas pour ma chère femme et rentré chez moi travailler. Journée monotone comme tant d’autres.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Lundi 26 – Nuit tranquille ; + 9°. Échange de coups de canons dans la journée. Visite de M. Favre pour fixer la messe de la Croix-Rouge.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Lundi 26 février

Nos reconnaissances ont effectué avec succès deux coups de main sur des postes ennemis en forêt d’Apremont et au nord de . Notre artillerie s’est montrée active dans la région du Mort-Homme. Nos tirs de destruction ont donné de bons résultats. Canonnades intermittentes sur quelques points du front de Lorraine et des Vosges.

Une de nos escadrilles a bombardé efficacement les gares de Grandpré et de Romagne-sous-Montfaucon.

Sur le front belge, lutte à coups de bombes dans la région Steenstraete-Hetsas. Actions d’artillerie sur divers points.

Les Turcs avouent un échec en Mésopotamie, à Fellahié.

Sur le front italien, activité d’artillerie dans la vallée de l’Astico, dans le val Travignolo, à la tête du Cordevole, dans la région de But, à l’est de Gorizia. Echecs autrichiens sur le haut plateau d’Asiago, au Pal Grande et à Studena Bassa, sur le torrent de Pontebbana.

Sur le front russe, dans la région de Semenki-Letscheniaty (sud du lac Wichnawski), les Allemands ont émis des gaz que le vent a retournés contre eux.

Un sous-marin allemand a torpillé sept navires hollandais au large de Falmouth, et alors que ces navires, par suite des négociations intervenues, se croyaient en sécurité. La colère est grande aux Pays-Bas.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

badonviller

Share Button