Louis Guédet

Dimanche 28 mai 1916

624ème et 622ème jours de bataille et de bombardement

5h soir  Temps magnifique, chaud. Je suis exténué, depuis 7h1/2 du matin je n’ai cessé de répondre à mon courrier. Je n’en puis plus. Je crois qu’à la fin je tomberai. Hier le Procureur de la République m’a communiqué une lettre du Garde des Sceaux qui reprochait au tribunal civil et aux Tribunaux de Paix de ne pas s’occuper et de ne pas juger ni appeler les litiges pour des réquisitions militaires entre les prestataires et l’intendant militaire chargé de ce service M. Racine, et me demandait ce qu’il en était pour mon compte personnel, en ce qui concernait nos « Justices de Paix ». Ma réponse a été très simple, c’est que j’étais à jour avec toutes mes affaires de ce genre qui étaient venues devant moi.

Les trois-quarts suivants de cette feuille ont été découpés, subsiste au verso quelques lignes.

Et joint à cette page le numéro du dimanche 11 juin 1916 du journal « Le Petit Rémois », avec deux articles encadrés :

  1. Une grosse affaire, annonçant une instruction ouverte contre une personnalité rémoise pour « commerce avec l’ennemi », avec la mention manuscrite : « M. A. Goulden »
  2. Un château au pillage, relatant le pillage d’un « château aux environs » de Reims et demandant l’ouverture d’une enquête officielle.

…mais il va aussi bien que possible. Son Père va partir le voir. J’aurais des nouvelles jeudi car il doit m’en donner afin que je puisse les transmettre de vive voix.

Les trois-quarts de cette feuille ont été découpés, ainsi que la suivante.

…Chef-lieu de canton. On aura vu de singulières choses durant cette guerre. N’empêche que je suis bien fatigué, je me remotive et vais tâcher de me reposer une peu…  Je n’en puis plus.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Dimanche 28 – + 10°. Nuit tranquille. Beau temps. Bombes sifflantes de 8 à 10 h. Vers 2 h. 1/2, tir contre aéroplane ; 4 ou 5 bombes sifflantes tom­bant loin. Aéroplane. Retraite du mois.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Dimanche 28 mai

Au sud de la Somme, un tir de concentration de nos batteries a détruit plusieurs abris de l’ennemi.
En Champagne, grande activité des deux artilleries dans les secteurs de Ville-sur-Tourbe, Tahure et Navarin. Une attaque allemande sur nos positions à l’ouest de la route de Navarin a échoué.
Sur la rive gauche de la Meuse, canonnade dans le bois d’Avocourt et dans le secteur de la cote 304.
Nos troupes ont attaqué le village de Cumières et les positions à l’ouest. Nous avons pénétré dans la partie est du village et enlevé plusieurs tranchées, en capturant 100 hommes et 2 mitrailleuses.
Au sud-ouest du Mort-Homme, nous avons progressé et fait 50 prisonniers.
Une nouvelle attaque allemande a été repoussée aux abords du fort de Douaumont. Nous avons progressé au nord-ouest de la ferme Thiaumont.
Les Italiens ont contenu énergiquement l’ennemi par leurs contre-attaques dans la vallée de l’Adige, dans le val Sugana et sur le Carso.
Les Anglais se sont emparés de la capitale du Darfour en infligeant un gros échec au sultan Ali Dinar.
Le général Gallieni, ancien ministre de la Guerre, est décédé.
L’aviateur Gilbert s’est de nouveau évadé.

Source : La Grande Guerre au jour le jour


French general Joseph Gallieni (1849-1916) George Grantham Bain Collection (Library of Congress)

French général Joseph Gallieni (1849-1916)
George Grantham Bain Collection (Library of Congress)

Share Button