Cardinal Luçon

Vendredi 28 – Nuit bruyante autour de Reims ; d’heure en heure à peu près, grosses détonations de bombes (210 canons8 ?). A4 h. aéroplane alle­mand, tir contre lui. + 13°. 8 h. bombes sifflantes sur batteries. Combat d’aéroplanes. Via Crucis in cathedrali.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 

Vendredi 28 avril

Intense activité d’artillerie sur la rive gauche de la Meuse (Avocourt, Esnes et Cumières).
Deux simulacres d’attaques ont été faits sur la rive droite par les Allemands : l’un, d’Haudromont à la ferme de Thiaumont; l’autre, entre Douaumont et Vaux; mais l’ennemi, arrêté par nos tirs de barrage, n’est pas sorti de ses tranchées.
Activité de nos batteries dans la région de Roye et à l’ouest de Pont-à-Mousson.
Nous avons abattu un avion ennemi en avant du fort de Vaux.
Trois de nos dirigeables ont bombardé, avec des projectiles de gros calibre, les gares d’Etain et de Bensdorf, et la voie ferrée d’Arnaville.
Nos avions ont lancé 37 obus de 120 sur différentes gares de la vallée de l’Aire, 25 obus de 120 sur les bivouacs de la vallée de l’Orne, 6 obus de 120 sur la gare de Thionville et 8 sur celle de Conflans.
Canonnade sur le front belge. Un communiqué officiel du secrétaire d’état américain invite la presse à ne pas montrer trop d’optimisme en ce qui concerne le conflit avec l’Allemagne.
La bataille a repris à Dublin entre les émeutiers et les troupes. Au parlement anglais, les deux chefs de partis irlandais, Redmond et Carson, flétrissent la révolte.

Source : la Grande Guerre au jour le jour.


Pont-à-Mousson

Pont-à-Mousson

Share Button