Cardinal Luçon

Lundi 24 – Nuit assez tranquille. Belle journée de soleil. Aéroplanes, tir contre eux. Bombes sifflent sur batteries sans doute à 1 h. et à 5 h. Incendie à la fabrique de sacs de papier ; le feu allumé, le bombardement cesse 1/4 d’heure ; les soldats se précipitent pour l’éteindre ; quand ils sont arrivés, le bombardement recommence et en tue neuf. Beaucoup de personnes bles­sées, raconte M. le Curé de S. André.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 

Juliette Breyer

Lundi 24 Avril 1916. – A midi je traversais la cour chez Pommery quand je m’entendis appeler par un soldat. En m’approchant je reconnus Camille Dormique et mon cœur ne fit qu’un bond. Il venait voir son père et c’est la première fois que je me trouvais face à face avec un soldat qui avait pris part au combat où tu as disparu. Je l’ai interrogé et il ne m’a pas rendu d’espoir car il m’a dit que tous ceux qui avaient été blessés ce jour là et faits prisonniers avaient par la suite donné de leurs nouvelles à leur famille et que sans doute si tu avais encore été vivant, il en aurait été de même pour toi.

J’ai ma tête qui se vide car depuis si longtemps je ne peux plus pleurer. Et pourtant ma peine est toujours aussi grande. Pauvre Lou, je ne puis pourtant y croire.

Hortense Juliette Breyer (née Deschamps, de Sainte-Suzanne) - Lettres prêtées par sa petite fille Sylviane JONVAL

De sa plus belle écriture, Sylviane Jonval, de Warmeriville a recopié sur un grand cahier les lettres écrites durant la guerre 14-18 par sa grand-mère Hortense Juliette Breyer (née Deschamps, de Sainte-Suzanne) à son mari parti au front en août 1914 et tué le 23 septembre de la même année à Autrèches (Oise). Une mort qu’elle a mis plusieurs mois à accepter. Elle lui écrira en effet des lettres jusqu’au 6 mai 1917 (avec une interruption d’un an). Poignant.(Alain Moyat)

Il est possible de commander le livre en ligne


Lundi 24 avril

Au sud de la Somme, notre artillerie a exécuté des tirs de concentration sur les tranchées allemandes, à Fransart et à Hattencourt (sud de Chaulnes).
A l’ouest de la Meuse, l’ennemi a subi un échec près de Vauquois. Nous avons réussi un coup de main à Avocourt; bombardement violent de la cote 304.
A l’est de la Meuse et en Woëvre, rafales d’artillerie. Pas d’action d’infanterie.
En Lorraine, nous avons canonné vigoureusement les ouvrages ennemis de Leintrey.
La note américaine a été publiée à Berlin avec trois jours de retard. La presse allemande marque une très vive surexcitation et entrevoit la possibilité de la guerre avec les États-Unis. Le Chili, après le Brésil et l’Argentine, semble approuver délibérément le geste de M. Wilson.

Source : la Grande Guerre au jour le jour.


 

655_001

Share Button