Louis Guédet

Samedi 4 mars 1916

539ème et 537ème jours de bataille et de bombardement

7h soir  Nuit de bataille et de canon. Il parait qu’on a bombardé toute la nuit, mais je n’ai rien entendu, j’étais trop fatigué et ai dormi quand même. Journée de pluie, de neige fondue, froide, glaciale, avec vent. Fait des courses, appris peu de choses, il y a eu hier soir quelques victimes.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Paul Hess

4 mars 1916 – Quelques sifflements dès le matin, à 5 h.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Cardinal Luçon

Samedi 4 – Nuit tranquille, sauf quelques bordées a divers intervalles. + 3 ; pluie toute la nuit. Écrit et expédié lettre à New York et à M. le Cardinal Fortez et à Mgr Ireland au Minnesota. Item écrit à Bordeaux. Item à Montréal. Bombes abondantes autour des batteries près des Petites Sœurs des Pauvres, blessant un vieillard qui avait refusé de descendre et était resté au grenier.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Pompiers 1917

Samedi 4 mars

Nous avons bombardé les cantonnements ennemis de Langemarck. Au nord de l’Aisne, une forte patrouille a été repoussée par nous avec des pertes. Nous avons opéré des tirs de destruction sur les ouvrages allemands à l’est de la Neuville. En Argonne, notre artillerie a bombardé les lignes de la Fille-Morte et du bois de Cheppy. Au nord de Verdun, lutte très chaude près du village de Douaumont, près de Vaux. Bombardement violent à l’ouest de la Meuse ainsi qu’en Woëvre. Nous avons concentré des feux sur des rassemblements allemands, spécialement près de Beaumont. En Haute-Alsace, nous enlevons des tranchées ennemies près de Seppois. L’adjudant Navarre a abattu son sixième avion allemand près de Douaumont. Les Anglais ont gagné du terrain près d’Ypres et fait 230 prisonniers. Le congrès américain a engagé le débat sur la politique navale allemande.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

Share Button