Cardinal Luçon

Samedi 18 – Nuit tranquille. Violente canonnade vers 8 h. matin.

Ordination par Mgr Neveux dans notre oratoire. Visite du Docteur Jacquinet, à M. Poullot administré il y a un mois. Très violente canonnade vers 3 h. A 4 h., aéroplane français très bas. 5 h. canons français.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 

Samedi 18 décembre

Vive canonnade sur l’ensemble du front.
Notre artillerie et l’artillerie britannique ont exécuté des tirs heureux dans les secteurs de Belgique et d’Artois.
Nos canons ont éteint, en Champagne, au nord et à l’est de Massiges, le feu de plusieurs batteries allemandes.
Nous avons pris, au nord de Malancourt, en Argonne, un convoi ennemi sous le feu de nos pièces.
Nous avons, par notre tir, endommagé les organisations de l’ennemi aux Eparges et près du bois Le Prêtre.
Deux de nos avions ont lancé des obus de gros calibre sur la gare de Metz-Sablons.
Il y a accalmie sur le front russe et aussi dans le secteur italien, où l’on ne signale qu’un bombardement de Goritz par nos alliés.
Le général Sarrail a poursuivi l’organisation défensive de Salonique.
Le cabinet de Washington examine s’il y a opportunité de rompre avec l’Autiche-Hongrie a propos de l’affaire de l’Ancona.
Les forces russes ont poursuivi leurs progrès en Perse, et les Allemands ont dû abandonner leur abri de Kovno.
Un zeppelin a exp
losé près de Namur.

Source la Grande Guerre au jour le jour

 

Share Button