Nuit tranquille, sauf quelques coups de canon et peut-être quelques bombes sur les tranchées. Neige fondante. Visite de Mgr Luzzani,

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 

Mercredi 17 novembre

Actions d’artillerie particulièrement intenses en Champagne, en Argonne, en Woëvre, dans la forêt d’Apremont et en Alsace, dans la région d’Ammertzviller.
Sur le front britannique, l’artillerie, des deux côtés, a fait preuve d’activité, en particulier au sud de la Bassée, près de Kemmel et près d’Ypres; aucune action d’infanterie.
Sur le front belge, bombardement de nos postes avancés au nord de Dixmude et près de Saint-jacques-Capelle.
Les troupes françaises, progressant en Macédoine, ont enlevé Kosturino. Une violente action s’est engagée sur la rive gauche de la Cerna. Nos soldats ont établi une liaison étroite avec les Serbes, près de Prilep. Les pertes serbes, depuis le début de la campagne, en tués, blessés et prisonniers, sont évaluées à 30.000 hommes. Celles des Bulgaro-Allemands sont beaucoup plus considérables.
Les avions autrichiens ont bombardé Brescia, faisant sept morts et dix blessés.
Les Russes, au cours du dernier mois, ont fait 50.000 prisonniers. Ils ont progressé près de Riga et près d’Illouxt.
Un zeppelin a été détruit aux environs de Grodno.
M. Winston Churchill ayant mis l’amiral Fisher en cause, dans un discours qu’il a prononcé pour sa propre justification aux Communes, l’amiral lui a brièvement répondu.
L’armée italienne a fait 278 prisonniers autrichiens sur le Carso.
M. Denys Cochin est arrivé à Athènes, où il a reçu un accueil cordial et même enthousiaste. Les rues étaient illuminées.
M. Asquith, Sir Edward Grey, M. Balfour et M. Lloyd George, ministres anglais sont arrivés à Paris pour conférer avec leurs collègues français.
Le Sénat a voté le projet d’emprunt 5% qu
e M.Ribot, ministre des Finances, a défendu

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

966_001

Share Button