Louis Guédet

Vendredi 15 octobre 1915

398ème et 396ème jours de bataille et de bombardement

6h soir  Bataille toute la nuit, canonnade qui m’a empêché de dormir. Journée avec beau soleil calme. Vers 4h aéroplane allemand qui lance quelques bombes toujours vers la gare, square Colbert, le quartier environnant. Toujours la même marotte. Que diable peuvent-ils chercher par là depuis un an !!

Bref journée monotone. Jacques est allé chez les Neuville répondre à la convocation d’étrangers sur l’instruction qui avait été faite par les journaux. Pourquoi ? on ne sait pas. L’autorité militaire est tellement idiote !! Qu’elle est capable de toutes les bourdes qu’on puisse imaginer. Elle trouvera toujours moyen d’embêter les braves gens mais se gardera bien de taquiner les…  vrais espions !! Il n’est pas encore rentré. Pourvu qu’ils ne le fassent pas partir comme beaucoup d’autres !! Ce serait idiot, et je serais bien embarrassé ici seul dans une maison qui n’est pas chez moi ! Attendons ! Voilà le canon qui recommence ! Nous laisseront-ils tranquilles la nuit les nôtres !! pour le résultat qu’ils obtiennent ! Je crois qu’ils feraient mieux de se taire !!

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

 Cardinal Luçon

Nuit bruyante. Fréquentes détonations soit de canons, soit de bombes. Violents combats au loin. 4 h., quelques bombes. Aéro­plane. Via Crucis in Cathedrali.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Vendredi 15 octobre

La Grande-Bretagne et le Monténégro déclare la guerre à la Bulgarie

Actions d’artillerie en Artois (vallée de Souchez et bois de Givenchy).
Canonnades réciproques sur le front de l’Aisne, près de Reims, et en Champagne (Auberive, ferme Navarin).
Combats à coups de bombes et de torpilles sur les Hauts-de-Meuse (secteur de Calonne et de Troyon).
En Lorraine, les Allemands bombardent vigoureusement nos positions dans la région de Reillon. Nos batteries ripostent avec efficacité. Vingt de nos avions ont opéré à la gare de Bazancourt (arrière-front de Champagne). Nous avons abattu un ballon captif près de Monthois et un taube au nord de l’Aisne.
Un raid de zeppelins a eu lieu sur la banlieue londonienne. Il y a eu huit morts et trente-quatre blessés. Un zeppelin a survolé la région de Château-Thierry sans y provoquer de pertes humaines.
Les Russes accentuent leur succès en Galicie orientale.
M. Viviani a annoncé au Sénat qu’il y avait lieu de penser que l’Italie nous donnerait son concours dans les Balkans.
L’artillerie serbe a fauché les régiments macédoniens à l’est de Nisch.
Sir Edward Grey a fait aux Communes un exposé de la situat
ion balkanique.

Source : la Grande Guerre au jour le jour


 

Vendredi 15 octobre 1915. Fréquentes détonations soit de canons, soit de bombes
Share Button