Cardinal Luçon

Nuit tranquille sauf quelques coups de canons. Aéroplanes. J’entre dans ma 74e année demain.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Jeudi 28 octobre 1915

Après avoir fait exploser aux abords de la route d’Arras à Lille, au sud-est de Neuville, une série de puissants fourneaux de mines, nos troupes ont occupé les entonnoirs. Elles s’y sont maintenues en dépit de toutes les contre-attaques.
Nos batteries ont causé de violents dommages aux organisations allemandes dans le secteur de Roche, à l’ouest de Soissons.
A l’est de Reims, près de Prosnes, les Allemands ont renouvelé leurs tentatives d’attaque avec emploi de gaz suffocants. Nos troupes ont brisé net l’effort des assaillants qui ont été repoussés.
Canonnade sur le front anglais, à l’est d’Ypres et au sud du canal de la Bassée.
L’artillerie ennemie se manifeste sur le front belge (Furnes et Loos). Les Russes ont progressé de nouveau sur la rive gauche du Styr.
Les Bulgares battent en retraite dans la vallée de la Bregalnitza.
M. Pachitch, premier ministre serbe, a adressé un appel émouvant à l’Angleterre.
La Bulgarie manifeste des velléités de faire pression sur la Grèce pour obtenir le droit de poursuivre éventuellement les Serbes sur le sol hellénique. Des combats out eu lieu entre soldats grecs à la frontière et les
comitadjis Bulgares.

Source : la Grande Guerre au jour le jour


 

Boulangerie Fresson

Boulangerie Fresson

Share Button