Nuit tranquille, sauf gros coups, canons et bombes de temps en temps, la nuit. Visite de M. le Capitaine Marliave(1), nommé Vice-Amiral (et qui nous quitte). Après-midi, aéroplane à 4 h, quelques coups contre lui. Bombes allemandes. Réponses à la Protestation Espagnole (du 24 septembre 1914) – et texte de la Protestation (Recueil, p. 25-27)

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

(1) Il s’agit sans doute du capitaine de vaisseau Marvial, nommé Contre-Amiral.

ob_a9ed1e_p-freville-15-19

 

Mercredi 12 Mai 1915.

Mon Charles, ton papa est venu. Ils ne sont pas contents après moi. C’est malheureux ; j’ai de la peine de tous les côtés. Tant pis, j’irai mais j’aurai peur. Ton papa me dit que si j’entends bombarder, je n’ai qu’à m’abriter. C’est facile à dire mais la première qui arrive ne vous prévient pas. Et il y en a tant et tant qui sont tués tous les jours. Enfin je ne veux pas qu’ils croient que c’est de la mauvaise volonté.

Je suis navrée et je t’aime.

Hortense Juliette Breyer (née Deschamps, de Sainte-Suzanne) - Lettres prêtées par sa petite fille Sylviane JONVAL

De sa plus belle écriture, Sylviane Jonval, de Warmeriville a recopié sur un grand cahier les lettres écrites durant la guerre 14-18 par sa grand-mère Hortense Juliette Breyer (née Deschamps, de Sainte-Suzanne) à son mari parti au front en août 1914 et tué le 23 septembre de la même année à Autrèches (Oise). Une mort qu’elle a mis plusieurs mois à accepter. Elle lui écrira en effet des lettres jusqu’au 6 mai 1917 (avec une interruption d’un an). Poignant.(Alain Moyat)

Il est possible de commander le livre en ligne

12 13 et 14 communiqué très très bon, 6 canons, mit. 1 colonel et des hommes /

Renée Muller dans Journal de guerre d'une jeune fille, 1914

Voir la suite sur le blog :Activités de Francette: septembre 1916 – janvier 1917 : 3e carnet de guerre de Renée MULLER

Et pendant ce temps là, sur le front Albert Thierry lit La nouvelle Héloïse :Les Carnets de guerre d’Albert Thierry : le 12 mai 1915

Share Button