Louis Guédet

233ème et 231ème jours de bataille et de bombardement

8h20 soir  Je suis rentré hier fort triste, cela ne se demande pas, à Reims vers 7h soir après avoir quitté les miens, et quand les reverrai-je ?! Nuit calme. Journée du 3 un peu sombre le matin mais embellie l’après-midi. Tout ici verdoie, fleurit !! Tandis que la Mort s’égrène partout !! Revenu à mes affaires, 47 ou 48 lettres trouvées qui m’attendent, je déblaie !! J’en ai pour 2 jours. Reprise de ma vie publique, notaire, juge de Paix, etc…

Je retrouve Reims triste, délabré et un peu plus démoli ! mais surtout, comme esprit, devenu passif ! Fataliste ! Indifférent !! Partout et dans tous c’est la lassitude, l’indifférence même ! On ne suppute même plus sur les dates de délivrance en jours.

Les trois quarts du feuillet suivant ont été découpés.

Pendant que j’écris ces lignes de 8h1/4 à 8h35 canonnade furieuse, vers Courcy, Loivre, Berry-au-Bac ! en ce moment, 8h3/4 calme absolu ! Sera-ce pour toute la nuit !! Peu m’importe !! Ce serait si bon de mourir et de ne plus souffrir !!

Les trois quarts du feuillet suivant ont été découpés.

…Le Parquet m’a demandé la date de ma promotion comme suppléant de juge de Paix pour répondre à une circulaire de M. Herbaux, Procureur Général, relative au traitement qui me serait dû pour ces fonctions. Me voilà passé budgétivore !! J’aurai vraiment fait tous les métiers. Si je touche quelque chose de ce chef ce sera pour vous mes petits en souvenir de la Guerre, ils s’achèteront un souvenir qui leur rappellera tout ce que j’ai fait et surtout tout ce que j’ai…  souffert.

Les feuillets 217 à 219 ont disparus.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Lundi 3 – Nuit tranquille. Matinée tranquille.

Visite à M. le Curé de Sainte-Geneviève, pour l’affaire des petits coureurs, dont se plaint le Commandement de Billard, qui allaient roder autour des soldats.

Visite à Sainte-Geneviève, aux blessés. Ballots arrivés de l’Écho de Paris.

Visite de M. le Curé de Bazeilles.

Visite du Commandant de Billard et d’un colonel du 3ème Corps qui s’en va.

8 h soir violent bombardement. Canons Français ? Allemands ?

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

ob_1c2ee4_bazeilles

Renée Muller

le 1er mai 2, 3, 4 un bombardement dans la soirée

Renée Muller dans Journal de guerre d'une jeune fille, 1914

Voir la suite sur le blog : Activités de Francette: septembre 1916 – janvier 1917 : 3e carnet de guerre de Renée MULLER


Share Button