Bombardement au cours de la journée, particulièrement violent sur le centre, de 16 h ½ à 18 h.

– Des travaux sont commencés pour la garantie du portail nord de la cathédrale.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos
ob_df80e1_vv-pb-10-3067

Collection : Véronique Valette/Pierre Bourquin

Mardi 2 – Canons et bombes pendant le jour. À 9 heures rude canonnade ex utraque parte(1). À minuit ½, bombes très près. Descente au sous-sol (je couchais alors dans le corridor de mon bureau à la Cour d’entrée). Nuit terrible. Nombreux incendies importants : Maison de Bary, École du Carrouge etc. À 6 heures du soir, bombes énormes qui ne sifflent pas. Une d’elles tombe sur la maison dans la cheminée de la chambre d’Ephrem. Mort de Mgr Douais.

 Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

(1) de tous côtés

Mardi 2 mars

Tempête de pluie et de neige sur différents points du front. Les opérations sont par suite ralenties. Nouveaux gains en Champagne, où une contre-attaque est repoussée au nord de Mesnil. Nous enlevons un Blockhaus près de Pont-à-Mousson, brisons une offensive à Sultzeren et maintenons toutes nos positions à Hartmansweilerkopf.
La flotte alliée poursuit ses opérations dans les Dardanelles.
L’armée russe a repris une seconde fois Prasznisch que les Allemands avaient réoccupée. Elle a progressé en Galicie orientale.

 

 

Share Button