Nuit calme.

Bombardement dans la matinée, les obus tombent boulevard de la République, rue de la Justice et environs.

– A 13 h 1/2, je suis à la Haubette, où j’ai dû me rendre sur une convocation adressée à tous les hommes exemptés et réformés des classes 1887 à 1909, pour passer devant le conseil de révision, siégeant depuis plusieurs jours dans la salle des fêtes du pont de Muire.

La cour est remplie d’assujettis et l’opération terminée, j’ai le plaisir de rencontrer là des amis. Presque tous sont déclarés bons ou classés dans l’auxiliaire ; avec ma malheureuse infirmité, je reste exempté. Dans la matinée, mon beau-frère Montier, à été reconnu bon.

– Au retour, je puis me rendre compte que si la population est très dense, dans ce queartier de la Haubette et dans le faubourg de Paris, cela va vite en décroissant suivant que l’on rentre en ville. Les promeneurs se raréfient à partir du milieu de la rue de Vesle et leur nombre se réduit de plus en plus, au point qu’on ne voit plus personne du côté de la place Royale.

– Le soir de ce jour, de grosses pièces traversent la ville, montant par la rue Cérès, pour aller prendre position.

– On se plaint toujours des pillards. Le Courrier en reparle aujourd’hui.

Les Pillards.

Les plaintes parviennent nombreuses à la police, contre des individus inconnus, qui ont pénétré nuitamment dans des maisons bombardées ou momentanément abandonnées par leurs légitimes occupants.

Deux arrestations ont été opérées avant-hier.

Rappelons que les pillards s’exposent à des peines très sévères, en raison du caractère odieux que revêtent ces cambriolages.

 Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos
Boulevard de la République, Rue des Consuls - Collection Gallica-BNF

Boulevard de la République, Rue des Consuls – Collection Gallica-BNF

Lundi 21 – Nuit très calme. Bombes vers 10 h matin.

Visite aux Fournaux économiques : rue Brûlée 15 et rue Fery. Le premier tenu par les Sœurs de l’Espérance ; le 2e par Sœur Stéphanie et Filles de la Charité. On y distribue plus de 50 rations, parce qu’il n’y a plus personne qui donne des bons. Les autres années, en temps ordinaire on distribuait jusqu’à 10000 rations par jour.

A 10 h 1/2 une grosse bombe a pulvérisé l’autel moyen de S. Jean-Baptiste de la Salle.

Aujourd’hui ouvre le Fourneau de Sainte Geneviève.

Reçu la réponse du Cardinal Gasparri, datée du 17 décembre

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. Travaux de l’Académie Nationale de Reims

21 – Lundi – Toujours du temps gris, toujours vive canonnade et bombes pour ne pas en perdre l’habitude. De nombreuses victimes au cours de cette journée, surtout des enfants. Le père Bastien, commis chez Carton rue Henri IV est du nombre des victimes.

La nuit, Canonnade et quelques bombes

Carnet d'Eugène Chausson durant la guerre de 1914-1918

Voir ce beau carnet sur le site de sa petite-fille Marie-Lise Rochoy

Lundi 21 décembre

Nous gagnons du terrain en avant de Nieuport et de Saint-Georges (au bord de la mer), ainsi qu’à l’est et au sud d’Ypres. Nous avons pris des tranchées ennemies de première ligne aux environs de la Bassée, repoussé de nouvelles attaques à Lihons, près de Chaulnes, forcé les Allemands à interrompre leur tir sur l’Aisne, refoulé plusieurs assauts dans l’Argonne.
Les Russes, après avoir réoccupé toute leur frontière du côte de Mlava ont recommencé la bataille dans toute la Pologne centrale. Ils ont effectué des contre-attaques en Galicie et culbuté la garnison de Przemysl qui tentait une sortie. La situation de cette place est de plus en plus effroyable.
D’après certaines statistiques, les pertes teutonnes en Pologne monteraient à 400.000 hommes.
Un croiseur russe a manifesté sa présence sur la côte syrienne. Les Turcs se sont retirés de la presqu’île du Sinaï qui dépend de l’Égypte et où ils avaient pénétré.
Les trois États scandinaves publient une note au sujet de l’entrevue des trois souverains à Malmoë. Cette note affirme leur parfait accord pour le présent et pour l’avenir.
La Hollande annonce qu’elle va instituer le service militaire obligatoire personnel.
L’Italie crée de nouveaux régiments.
La mission de sir Francis Bertie, ambassadeur anglais à Paris, est prorogée pour une nouvelle période.
Share Button