Paul Hess

Le bombardement a recommencé chaque jour depuis le 19, ou plus exactement depuis le lundi 14. On parte de quatre cents victimes, jusqu’à ce jour, dans la population civile.

– Nous apprenons que S.E. le Cardinal Luçon, revenu de Rome après le Con clave, a pu rentrer à Reims hier. Sa première visite fut pour la cathédrale, devant laquelle il se prit à pleurer.

Paul Hess dans La Vie à Reims pendant la guerre de 1914-1918

Cardinal Luçon

Dans la matinée, un peu de calme ; canonnade française, pas de bombes. Je vais avec M. Camus et M. Landrieux visiter la Cathédrale, incendiée le 19. Le pavé est encore couvert par endroits de paille brûlée. Un monceau de stalagmites de plomb de la toiture, filtre à travers les voûtes, au bas de l’escalier de la chaire. Nous visitons les quartiers bombardés ; et détruits par un incendie qui les 18 et 19 avait couvert 18 hectares d’immeuble bâtis, dont 14 d’un seul tenant au chevet de la Cathédrale. C’était le quartier de l’industrie lainière ; puis Place Royale, rue Saint-Jacques, etc. Sœurs de l’Espérance, rue Chanzy. Après-midi je reçois quelques visites ; mais la canonnade se fait si violente à partir de 4 h. qu’on ne peut sortir. A u jardin nous écoutons pendant 1 h. C’était effroyable, un vacarme d’enfer. on dit que nos soldats ont reçu l’ordre de reprendre Brimont (1). Nous rentrons à 9 h 1/2. Ca canonnade continue terrible, toute la nuit, avec un assez grand nombre de bombes (2), sur la ville, croit-on.

Cardinal Luçon dans Journal de la guerre 1914-1918

(1) La canonnade correspond  bien à la tentative de dégagement de Reims en particulier sur Courcy, Loivre, Brimont.

(2) Par « bombes » il faut entendre « obus ».

 Gaston Dorigny

On s’est battu toute la nuit, au lever du jour on entend plus rien, lorsque vers onze heures les Allemands sont signalés à Witry-les-Reims et sur les hauteurs de Cernay. Reims est entourée de l’artillerie qui se met en action. Un furieux combat s’engage à nouveau, les Allemands tentent continuellement de descendre sur Reims, à nouveau le canon fait rage de tous les coins de la ville, la journée a encore été terrible.

A noter un arrêté du maire qui ordonne de fermer les cafés à sept heures du soir, interdit la circulation dans la ville entre huit heures du soir et cinq heures du matin et ordonne l’extinction des lumières chez les particuliers à neuf heures du soir.

A la suite du dernier bombardement au cours duquel des obus sont tombés dans l’usine à gaz, on a vidé les cuves et dès la nuit la ville est plongée dans l’obscurité la plus complète.

Cela n’empêche pas les Allemands d’envoyer encore à neuf heures du soir plusieurs obus sur la ville. Quand serons nous débarrassés de ce cauchemar ?

Gaston Dorigny

Juliette Breyer

Ce matin j’ai été faire un tour rue de Beine. Sur mon chemin, nouvelles ruines : la maison où habitait Levert et les caves à louer. En passant devant le remblai c’était une infection ; il y avait des chevaux morts que l’on s’apprêtait à enterrer. Au 22e il y a quelques  artilleurs qui y logent, ceux dont les batteries sont dans les champs ; il y en a tout du long, et hier il y a eu un général tué par un éclat d’obus en inspectant les batteries.

Arrivés tout en haut du boulevard, papa ne veut pas que j’approche, mais je veux voir quand même. C’est un pauvre artilleur qui est venu mourir là et l’on nous dit qu’il y a déjà trois jours. Et personne pour l’enterrer ; c’est effroyable. Pauvre garçon, 25 ans tout au plus, bien propre encore. Sa figure est reposée, il a les mains croisées et il est couché sur un matelas. Si jeune ! Pauvre garçon, comment est-il venu mourir là tout seul ? Quelles pensées tristes a-t-il dû avoir s’il s’est vu partir, loin des siens. Peut-être à cette heure-ci sont-ils dans l’attente de quelques nouvelles qui tardent à venir, et qui ne viendront plus. Je regarde toujours ; il a tes cheveux noirs,  une fine moustache, noire aussi, et devant mes yeux passe une image chère entre toutes, une image qui est toute ma vie, et c’est plus fort que moi, un sanglot me monte à la gorge. Je voudrais te voir, t’entendre, t’avoir près de moi.

Enfin je retourne aux caves et la journée se passe bien tristement. Je t’aime.

Hortense Juliette Breyer (née Deschamps, de Sainte-Suzanne) - Lettres prêtées par sa petite fille Sylviane JONVAL

De sa plus belle écriture, Sylviane Jonval, de Warmeriville a recopié sur un grand cahier les lettres écrites durant la guerre 14-18 par sa grand-mère Hortense Juliette Breyer (née Deschamps, de Sainte-Suzanne) à son mari parti au front en août 1914 et tué le 23 septembre de la même année à Autrèches (Oise). Une mort qu’elle a mis plusieurs mois à accepter. Elle lui écrira en effet des lettres jusqu’au 6 mai 1917 (avec une interruption d’un an). Poignant.(Alain Moyat)

Il est possible de commander le livre en ligne

ob_63be23_quartier-des-laines2

Vues du quartier des laines

Jeudi 23 septembre

Canonnade à Boesinghe en Belgique. Grande activité d’artillerie, avec vives fusillades, au nord et au sud d’Arras, ainsi qu’entre Somme et Oise.
Bombardement violent, au nord de l’Aisne, dans la région de Ville-aux-Bois, où nous avons contraint l’ennemi à nous céder un poste fortifié.
Canonnade réciproque en Champagne. Nous détruisons une patrouille ennemie.
Action d’artillerie intense en Argonne, sur la lisière occidentale, et dans la région de la Haute-Chevauchée.
Sur les Hauts-de-Meuse, au nord-ouest du Bouchet, nos batteries ont provoqué une explosion dans les lignes ennemies. Canonnade en forêt d’Apremont, en Lorraine et dans les Vosges.
A titre de représailles, nos avions ont été bombarder Stuttgart, jetant une trentaine d’obus sur le palais royal et sur la gare. Ils ont pu revenir indemnes dans nos lignes.
Huit autres avions ont opéré au-dessus de la gare de Conflans, entre Verdun et Metz.
Les combats entre Allemands et Russes se poursuivent avec violence autour de Dwinsk. Nos alliés ont fait encore 2000 prisonniers de plus en Volhynie et en Galicie.
La négociation de l’emprunt franco-anglais, à New-York, paraît être en excellente voie.
Share Button