Paul Hess

…La curiosité me pousse à profiter de la liberté de ce dimanche pour connaître l’aménagement de l’Hôpital militaire installé à la clinique du Dr Lardennois (angle de la rue Coquebert et de la rue de Savoye) où mon beau-frère, P. Simon-Concé, est gestionnaire. Dans cet établissement sont soignés actuellement 17 malades ; il ne s’y trouve pas encore de blessés quoique Reims, où il existe plusieurs hôpitaux temporaires de territoire et de nombreux hôpitaux auxiliaires, en reçoive journellement.

A ce propos, il est à noter que le drapeau de la Croix-Rouge flotte à l’École ménagère, place Belle-Tour, à la Bourse du Travail, boulevard de la Paix, au Lycée de garçons, rue de l’Université, à l’École des Arts, rue du Barbâtre et à la Communauté de l’Enfant-Jésus un peu plus loin ; on le voit encore à l’ancien lycée de jeunes-filles, également rue de l’Université, sur les différentes cliniques et sur nombre d’autres établissements divers ou maisons particulières. (Albert Duchenoy est planton – civil en raison de son jeune âge – à la clinique Lardennois ; de même, mon fils Lucien est de service continuellement à l’Hôpital auxiliaire installé à l’angle de la rue des Trois-Raisinets et de la rue de Mâcon, dans l’immeuble à la disposition des religieux franciscains).

Au soir, passant par la gare, je vois transporter quelques blessés sur des brancards, à la descente d’un train et, en m’en revenant, je m’arrête sur la place de l’hôtel de ville, pour essayer de lire le communiqué; l’affluence est telle, devant la dépêche, que les gens qui se pressent ne peuvent pas en prendre connaissance. La teneur de ce communiqué est donnée par un concitoyen placé au premier rang, qui a la bonne idée de le lire à haute et intelligible voix, pour tous. Il y est dit que l’on envisage l’imminence d’une action considérable, susceptible de se développer sur un front de 400 kilomètres, de Bâle à Maëstrich. Cette dépêche recommande la confiance ; cependant, elle me semble préparer en quelque sorte l’opinion, pour le cas où, sur un point ou un autre, il surviendrait un revers. Mon impression, en retournant à la maison, sans avoir écouté les conversations animées, est que la grande bataille dont on parle comme pouvant durer une huitaine de jours est déjà commencée – et je rentre tout rêveur.

Paul Hess dans La vie à Reims pendant la guerre de 1914-1918, notes et impressions d'un bombardé 

ob_46222b_ob-f31df63b3adf7cbbb0fec4fafda4fb8e-cart
ob_a31443_005

Juliette Breyer

Encore une semaine de passée. J’ai reçu une lettre de toi. Tu penses si je me suis pressée d’acheter le journal tous les jours. On nous y annonce des victoires, tant mieux.

A Reims la troupe commence à arriver. A la ferme Demaison, il y en a beaucoup. Ils se fournissent chez nous pour le vin et la bière. Mme Millet, rue de Nogent, avait été leur faire ses offres mais elle leur a vendu trop cher et le chef leur a défendu d’y aller.

Il y a aussi des soldats avec les autos qui sont sur le boulevard depuis chez maman jusque route de Cernay. Ils viennent beaucoup chez nous. Il y a entre autre un gros épicier de Paris avec un camarade qui m’a demandé si je voulais leur faire le café matin et soir. Il  m’a donné quelques renseignements sur le commerce. D’abord sur les pâtes Rivoire il y a un bon tiers à gagner et il m’a dit qu’il avait commencé sans un sou et qu’aujourd’hui il avait « amassé ». Aussitôt la guerre, il se mettra en correspondance avec toi.  Et tu sais, de tous ceux qui viennent, jamais un soldat ne m’a manqué de respect. L’inspecteur comme je t’ai dit sur les lettres vient tous les deux jours. Il s’intéresse à tout et il est très gentil.

Tiens, M. Sauviron est venu, croyant te voir encore pour te faire ses adieux. Il ne va pas au feu. Il a de la chance. Il s’est marié la semaine dernière avec Mlle Bocquillon.

Enfin, encore une semaine … Bons baisers mon Charles et à bientôt.

Hortense Juliette Breyer (née Deschamps, de Sainte-Suzanne) - Lettres prêtées par sa petite fille Sylviane JONVAL

De sa plus belle écriture, Sylviane Jonval, de Warmeriville a recopié sur un grand cahier les lettres écrites durant la guerre 14-18 par sa grand-mère Hortense Juliette Breyer (née Deschamps, de Sainte-Suzanne) à son mari parti au front en août 1914 et tué le 23 septembre de la même année à Autrèches (Oise). Une mort qu’elle a mis plusieurs mois à accepter. Elle lui écrira en effet des lettres jusqu’au 6 mai 1917 (avec une interruption d’un an). Poignant.(Alain Moyat)

Il est possible de commander le livre en ligne


 

Dimanche 16 août

Le ministère de la Guerre communique d’intéressants détails sur nos succès de la veille. Nos forces de Lorraine ont battu le corps d’armée bavarois en plaine d’abord, sur les hauteurs ensuite et les pertes de l’ennemi sont déclarées très sérieuses. Nos blessés se sont montrés admirables.
Nouvelle avance de ce côté : nous poussons jusqu’à Lorquin, à quelques kilomètres de Sarrebourg.
Dans le massif du Donon, qui vient d’être occupé et qui est la dernière sommité des Vosges vers le nord, très importante par sa situation. Plus bas, nous occupons encore Sainte-Marie-aux-Mines et St-Blaise, dans la vallée de la Bruche.
On annonce un grand combat à Dinant, sur la Meuse, entre Namur et Givet, nos troupes y ont eu l’avantage sur les Allemands. Notre cavalerie a fait merveille et a rejeté l’ennemi avec grosses pertes sur la rive droite de la Meuse.
On confirme des succès des croiseurs anglais sur la côte de l’Afrique orientale allemande.
Le généralissime britannique French, qui était venu passer quelques heures à Paris, où il s’est entretenu avec le Président de la République et avec les ministres, est repartie au début de la matinée. On n’indique pas la direction qu’il a prise.
Le Japon a lancé un ultimatum à l’Allemagne. C’est la guerre immédiate dans les mers de Chine.

 

Share Button