Louis Guédet

Lundi 27 mai 1918

1354ème et 1352ème jours de bataille et de bombardement

4h soir  Temps lourd, orageux. Du courrier en masse qui me force à déclencher mon voyage à Paris et Versailles pour la semaine prochaine. J’irai le 5 à Aÿ, repartirai le soir, coucherai à Paris et le lendemain 6 à Versailles, et le 7, les 8, 9, 10 à Paris où j’aurai une réunion de la S.A.C.R. (Société des Amis de la Cathédrale de Reims) avec Lefèvre-Pontalis. Tout cela m’a un peu bousculé. Nos troupes du 27e Dragons partent subitement. Est-ce la fameuse 2ème  grande attaque qui serait déclenchée ? Cela ne m’étonnerait nullement. Sera-ce la fin ? Pourvu qu’il n’arrive rien à Jean ! Pauvre enfant ! et que son coin soit et reste plutôt tranquille.

Ce voyage d’Aÿ à Paris et Versailles ne va pas m’avancer dans mon travail ! seul, c’est trop à faire, mais où trouver quelqu’un. Il me le faudrait près de moi. Alors, je n’aurais sans doute pas assez de travail à lui donner. Car ce ne sont que coups de collier que sur coups de colliers, n’ayant rien d’organisé et n’étant pas dans ma résidence avec la clientèle autour de moi… C’est fatigant et peu intéressant, car les gens ne comprennent pas les difficultés que j’ai à surmonter.

Je viens d’avoir aujourd’hui 55 ans ! Tristesses et souvenirs douloureux à me remémorer ! rien de plus ! et rien d’heureux ! quand à l’avenir ?! Hélas ce sera sans doute encore pire que tout ce que j’ai souffert ! (Rayé).

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

 Lundi 27 – Visite de M. Neveu, cure de Châtillon, et de M. Compant. Voyage à Aÿ pour visiter le château que l’on m’offre pour refuge.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Lundi 27 mai

Assez grande activité des deux artilleries dans la région du bois de Hangard et au sud de l’Avre.
Un coup de main ennemi, précédé d’un vif bombardement sur nos postes du secteur d’Orvillers-Sorel, n’a pas obtenu de résultat.
D’autres tentatives ennemies en Champagne et dans les Vosges ont également échoué.
Nos patrouilles et nos détachements ont fait des prisonniers, notamment dans la région de l’Ailette.
Un détachement anglais a exécuté un raid sur les tranchées ennemies au sud de Bucquois. Quatorze prisonniers et deux mitrailleuses sont restés entre ses mains.
Nos alliés ont fait d’heureuses attaques à l’est d’Hébuterne et au nord de Neuville-Vitasse. Ils ont fait quinze prisonniers et capturé une mitrailleuse.
Des attaques de détachements ennemis ont été repoussées dans le voisinage de Sailly-le-Sec, Bucquoy, Ablainzevelle,Festubert et Merris.
Activité de l’artillerie ennemie vers Villers-Bretonneux, Dernancourt, Bucquoy et la forêt de Nieppe.
Sur le front belge, canonnade dans la région de Merckem. Rencontres de patrouilles à l’est de Nieuport.
Sur le front de Macédoine, combats d’infanterie dans la région de Doiran.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

Share Button