Louis Guédet

Mardi 19 décembre 1916 

829ème et 827ème jours de bataille et de bombardement

7h1/2 soir  Temps glacial, légère poussière de neige, assez bien reposé, mais que je suis faible et énervé. Il me faudra pourtant avoir la force et le courage d’aller au Tribunal pour mon audience de simple police…  A 1h1/2 je suis parti, il fait fort froid. Mon audience s’est bien passée, procès peu importants, sauf 2 acquittements pour ravitaillement de la Ville qui s’imposaient, mais les gendarmes sont si bornés. 3 affaires civiles, très longues, 8/9 témoins à chaque affaire, les clients sont salés pour la peine, triste chose que les femmes qui s’injurient et Dieu sait ce qu’elles peuvent se dire !! Il faudrait un dictionnaire spécial pour trouver ce que la cervelle de ces péronnelles peut inventer et trouver !! Je n’en n’avais jamais entendues de pareilles ! Bref je les ai salées et en travaillant pour payer leurs amendes (rayé)!! Mais Dieu ! Quelles imaginations !! Quelles images !! pour traduire leurs…  pensées et leurs vices ! Rentré à 5h1/2 glacé…  mais pas de fièvre, heureusement. Je me suis mis au travail, quoique la tête vide, mais les lettres s’accumulent et il faut y répondre… !!…  Quand je regarde le tas…  j’en ai les bras coupés. Je m’arrête, je suis fatigué, mais gare la fièvre…  C’est dur ! les nuits de fièvre avec des ruines dans la tête qui vous obsèdent.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Mardi 19 — 3°. Depuis minuit, nuit tranquille. Visite de M. Sharp, Ambassadeur d’Amérique et d’une suite nombreuse, avec le général Cadou, M. Mignot, M. Emile Charbonneaux. Le Maire les quitte plus tôt que d’autres.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

ob_87285d_bdic-val-054-140b-1


Mardi 19 décembre

Au sud de la Somme, un détachement ennemi, qui tentait d’aborder nos lignes au sud-est de Berny, a été repoussé à la grenade. Un autre détachement qui essayait d’exécuter un coup de main sur nos tranchées au sud de Fresnes a été repoussé à la grenade.

Sur la rive droite de la Meuse, après un vif bombardement, les Allemands ont contre-attaqué nos positions. Ils n’avaient réussi à prendre pied que sur un point, à la ferme des Chambrettes. Nous les en avons finalement chassés.

Depuis le 15 décembre, le nombre des prisonniers que nous avons fait sur le front de Verdun s’élève à 11.387 dont 284 officiers. Le matériel pris ou détruit comprend 115 canons, 44 lance-bombes, 107 mitrailleuses.

Les Russes ont repris les tranchées perdues sur le front de Volhynie.

Ils ont capturé 200 Austro-Allemands dans les Carpates boisées et repoussé une attaque près de Buzeu.

L’artillerie italienne est active dans le Haut-Astico.

La note allemande a été remise à la France et à l’Angleterre.

Les partis pangermanistes continuent à formuler d’outrecuidantes revendications territoriales.

Les Anglais poursuivent leur progression sur le front de Mésopotamie.

Source : La guerre au jour le jour

Share Button