Louis Guédet

Dimanche 9 juillet 1916

666ème et 664ème jours de bataille et de bombardement

5h soir  Pluie la nuit. Matinée belle, après-midi nuageuse orageuse, il fait très lourd. Messe le matin 7h. Courses. Courrier à 11h m’annonçant que mon pauvre Robert n’avait pas réussit à la 2ème partie d’un examen de licence. C’eût été cependant une consolation pour lui avant de partir au régiment. A 2h je porte mes lettres et je pousse jusqu’au passage à niveau de Bétheny-Halte (gare du C.B.R., le Chemin de fer de la Banlieue de Reims) par les Promenades, rue Coquebert, rue et avenue de Bétheny. Tranchées, fils de fer, etc…  Je repasse rue de Sébastopol, faubourg Cérès (rue Jean-Jaurès depuis 1921), rue Favart-d’Herbigny, Cernay, Perceval, Piper, de l’Isle. Tout cela ruiné, crénelé, tranchées, fils de fer, etc…  et enfin à la maison par la place Godinot, rue des Anglais (rue Saint-Just, déjà baptisée ainsi depuis 1903, mais Louis Guédet n’aimait pas les révolutionnaires), Fleur de Lys (rue Voltaire, de la rue des Fuseliers à la rue Chanzy à partir de 1925), du Jard et le 52 rue des Capucins. Je suis éreinté, il est 4h3/4. Je ne suis plus guère fort. Toujours fort triste, découragé. Beaucoup d’habitants dans ce quartier Cérès, et la plupart n’ont pas de caves ! Ils restaient quand même, pour garder leurs petites loges et le couvrir du pillage éhonté de nos troupes. Tout cela est bien navrant.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Dimanche 9 – Nuit tranquille. Pas dit messe. Journée silencieuse. Confirmation à Villedommange et à Gueux par Mgr Neveux. Violent combat d’artillerie entre 10 h. et minuit.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

villedommange


Dimanche 9 juillet

Nos troupes ont enlevé après un brillant assaut, en trente-cinq minutes, le village de Hardecourt où nous avons fait 260 prisonniers (nord de la Somme). Un coup de main heureux sur Belloy-en-Santerre nous a valu de faire 360 prisonniers. 50 prisonniers ont été capturés à l’est d’Estrées dans les boyaux où nous avons progressé à la grenade. Un détachement ennemi a été dispersé près de Lassigny.
Violente canonnade sur les deux rives de la Meuse.
En Lorraine, nous avons nettoyé un poste allemand près de Bezange.
Les Anglais se sont renforcés entre Ancre et Somme, sur les positions conquises; ils ont bombardé les tranchées ennemies vers Gommecourt.
Les Russes ont encore progressé autour de Kolki sur la voie ferrée de Sarny à Kovel, en enlevant des canons. Sur la Strypa inférieure, ils ont fait plus de 10000 prisonniers autrichiens dont 270 officiers. La lutte se poursuit très âpre et avec des fluctuations vers le lac Narotch et près de Baranovitchi.
Un bataillon français a mis en échec deux bataillons allemands dans le secteur de Doiran en Macédoine.
Le cabinet grec se préoccupe vivement de l’agitation militaire provoquée par les antivenizelistes.

Source : La Grande Guerre au jour le jour


Share Button