Louis Guédet

Dimanche 14 novembre 1915

428ème et 426ème jours de bataille et de bombardement

9h1/2 soir  Toujours le calme, de la pluie et du froid. Travaillé toute la journée comme un nègre à mon courrier. Reçu la visite de mon ancien clerc Legée notaire à Marle (Aisne) !! mobilisé au 25ème d’artillerie, actuellement à Bezannes. Il m’a conté son odyssée. Il n’a aucune nouvelle de son Étude ! Reçu lettre de M. Jadart qui me convoque pour une assemblée de notre académie de Reims à Paris le 9 décembre 1915. Je pense pouvoir y aller et lui écris dans ce sens. Je rendrai mes comptes – de trésorier – qui sont simples, je n’ai fait ni recettes ni dépenses !! Enfin je serai heureux de les revoir.

Le haut de la page suivante a été coupé, il doit s’agir du lundi 15 novembre 1915.

Vu Charles Heidsieck qui m’annonce la mort de son beau-frère M. Edouard Changeux (1847-1915). C’était un bien brave et digne homme, mais que la maladie (neurasthénie) avait rendu parfois bien insupportable. Je crois que c’est une délivrance pour lui. J’écrirai demain à Mme Changeux. Après-midi répondu au commissaire de police du 4ème canton M. Gesbert à une enquête comme Président des commissions d’allocations militaires sur une femme qui était accusée de les toucher indûment des allocations pour des enfants qu’elle avait recueillis. Elle était innocente à mon avis, et c’était aussi l’avis de M. Gesbert. Été ensuite à la Maison de Retraite de l’Hospice Général pour reprendre les valeurs d’un pensionnaire décédé. Et puis rentré travailler.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

 Cardinal Luçon

Nuit tranquille sauf très rares coups de canons.

Voyage avec M. Compant et visite à Aÿ. Visite aux Écoles libres tenues par des Sœurs de l’Enfant Jésus laïcisées, à un groupe de Sœurs de l’Enfant Jésus réfugiées à Aÿ. A l’Orphelinat des Sœurs de Saint-Vincent de Paul à l’Hospice, à l’Ambulance. Parti à 8 h. 1/2, arrivé à 9 h. 40 du matin. Dé­part le soir à 4 h. 15, arrivé à Reims à 5 h. 5 minutes. Neige dans la forêt.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Ay

Ay


Dimanche 14 novembre

En Belgique (Boesinghe), notre artillerie concentre ses feux sur les positions allemandes, notamment sur le Moulin-à-Vapeur qui a été rasé. Les batteries ennemies ont été réduites au silence.
Canonnade sur l’Avre (Andechy, l’Echelle-Saint-Aurin), au nord de l’Aisne (la Ville-au-Bois), et en Champagne (la butte du Mesnil).
Nos batteries opèrent efficacement près des Eparges.
Bombardement réciproque dans le secteur de Flirey.
Les troupes russes ont progressé à l’ouest de Riga, enlevant plusieurs villages. Elles ont également avancé autour de Dwinsk. Elles ont capturé plusieurs centaines de soldats ennemis, près de Rafalovka.
Les troupes françaises en Macédoine ont eu un succès près de Velès. Le général Kouropatkine commanderait les effectifs russes destinés à opérer en Bulgarie. Les Bulgares réclament des renforts aux Austro-allemands et aux Turcs.
M. Winston Churchill, chancelier du duché de Lancastre, donne sa démission et demande sa place dans l’armée anglaise du front français.
Un sous-marin britannique a été coulé dan
s la mer de Marmara.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button