• Tag Archives: Sacy

Samedi 25 novembre 1916

Louis Guédet

Samedi 25 novembre 1916

805ème et 803ème jours de bataille et de bombardement

5h3/4 soir  Temps brumeux tournant à la pluie et au grand vent sur le soir. Le calme, je n’ai pas entendu un coup de canon il me semble. Je suis à jour, demain j’entamerai ma communication à l’Académie de Reims sur l’Incendie de l’Hôtel-Dieu. Je souhaite d’intéresser mes collègues. Ce matin levée de scellés 142, rue du Barbâtre, mais il manquait le clerc de Douce, notaire, on n’a pu rien faire. Je suis allé prendre mon service à la Caisse d’Épargne aussitôt. Après-midi fait quelques courses et rentré ici par la pluie. Je suis assez fatigué, ayant mal dormi la nuit, ces insomnies sont bien pénibles. Journée monotone, fastidieuse.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Paul Hess

25 – novembre 1916 – Le 301e territorial d’infanterie, cantonné depuis longtemps dans le faubourg de Laon, quitte Reims.

Il est remplacé par le 118e territorial.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

 Cardinal Luçon

Samedi 25 – Nuit et journée tranquilles. Pluie ; + 9°. Visite à l’ambulance de Sacy. Commencé à me servir de la bougie à la messe.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

698_001


Samedi 25 novembre

Journée calme sur l’ensemble du front. Une pièce ennemie à longue portée a tiré trois obus de gros calibre dans la direction de Nancy. Un avion allemand a été abattu par le tir de nos canons spéciaux. L’appareil est tombé au nord de Berry-au-Bac. Dans la même journée, la maréchal des logis Viallet a abattu son sixième avion allemand vers Moislains (région de la Somme). Violent duel d’artillerie sur le front belge, dans la région de Dixmude: Les batteries belges ont pris le dessus; l’action a été terminée assez rapidement. Sur la rive droite de la Cerna, les Serbes ont enlevé le village de Budimerka. Les violentes contre-attaques lancées sur ce point par l’ennemi ont complètement échoué. Au nord et à l’est de Monastir, la lutte continue, acharnée. Les troupes alliées ont réalisé des progrès et infligé de lourdes pertes aux Germano-Bulgares qui tentent de s’opposer a leur avance. A l’ouest de Monastir, les Italiens, poursuivant leur marche en avant, ont poussé jusqu’à Nizopole et ont fait des prisonniers. La Serbie libérée mesure actuellement l2OO kilomètres carrés. Les Roumains ont progressé en Dobroudja vers le lac Tachaul, mais ils ont abandonné Orsova et Turnu-Severin.

Source : La guerre au jour le jour

Share Button

Samedi 5 août 1916

Cardinal Luçon

Samedi 5 – Allocution à l’Adoration Réparatrice. Visite de M. Caillau, Curé de Sacy, du Curé de Cons-la-Granville. Retour à Reims dans l’automobile de M. Leroy ; à 6 h., bombardement violent sur batteries. Item de 9 h. à 10 h. Réponse du Cardinal Gasparri sur… Via Crucis in Cathedrali.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

078_001


Samedi 5 août

Sur la rive droite de la Meuse, la bataille s’est poursuivie sur le front Thiaumont-Fleury que les Allemands ont attaqué avec un acharnement extrême. Plusieurs contre-attaques à gros effectifs, prononcées sur nos positions aux abords de l’ouvrage de Thiaumont ont été repoussées avec de grosses pertes pour l’adversaire. Nos troupes, au cours de la lutte, sont même parvenues à enlever l’ouvrage, que nous avons ensuite évacué sous la puissance du bombardement, en ramenant 80 prisonniers faits par nous.
Dans la région de Fleury, les combats n’ont pas été moins violents; les Allemands ont multiplié des contre-attaques sur le village Chauvre, précédées d’une intense préparation d’artillerie. Après plusieurs tentatives infructueuses, ils ont pris pied dans la partie sud de Fleury où le combat continue très vif. Tous les efforts pour nous déloger de la station de Fleury, située au sud-est, se sont brisés contre notre résistance.
L’ennemi a attaqué également nos nouvelles positions à l’est de Vacherauville et n’a réussi qu’à subir de lourdes pertes.
Une attaque allemande, enfin, a été dispersée dans les Vosges, à la Chapelotte.
Les Russes ont livré de violents combats sur le Stokhod. Ils ont progressé en Arménie.
Sur le front anglais, le combat d’artillerie est violent autour d’Armentières.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button