Louis Guédet

Lundi 14 octobre 1918

1494ème et 1492ème jours

5h soir  Temps gris humide triste, pas de pluie. Jean est parti ce matin pour Paris. Lettre de Marie-Louise qui est enrhumée et ne sait pas si elle restera à Granville jusqu’à ce qu’elle soit remise. Courrier très lourd. Réorganisation de mon rendez-vous Renard. Je maintiens néanmoins ma réunion de la Chambre des notaires pour le 28. Le sort en est jeté, et j’espère que cela ira. Mon décompte de gestion est terminé, je crois qu’il ira.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

 Cardinal Luçon

Lundi 14 – Voyage à Reims pour chercher un gîte(1). Vu la Cathédrale, le petit séminaire de S. André dévasté ; notre maison dévastée, incendiée ; le Carmel incendie totalement; le Bon Pasteur (un bâtiment dévasté, la chapelle, item) le couvent des Madeleines détruit. Église S. Remi incendiée ; plus de voûtes dans les nefs, on voit le ciel à travers les jointures de celles du chœur. L’Enfant-Jésus tout incendie. Nous visitons notre maison, 11 rue Libergier que l’État nous a volée en 1906. Elle est très endommagée, mais pourrait être réparée ; (16 rue Cazin). Nous visitons notre maison 14 rue Cazin : très endommagée, mais facilement repérable

(1) A la liste des destructions nouvelles que découvre le Cardinal, on mesure l’ampleur des dégâts et l’acharnement de l’artillerie allemande pendant les six mots écoulés depuis l’évacuation totale de la ville.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Lundi 14 octobre

La bataille engagée en Champagne le 26 septembre s’est terminée par une défaite complète de l’ennemi. La 4e armée a achevé de libérer la boucle de l’Aisne en réoccupant trente-six localités.
La 5e armée, à la gauche, a poursuivi l’ennemi en retraite, franchi la Retourne, et progressé d’une dizaine de kilomètres.
Nous tenons Vieux-lès-Asfeld et Asfeld-la-Ville, ainsi que les lisières sud de Blanzy. Nous avons franchi l’Aisne de vive force à Guignicourt et à Neufchatel.
Les Anglais, à l’ouest de Solesmes, progressent vers la Selle et ont enlevé quatre villages. Ils approchent du canal à l’ouest de Douai. A l’est de Lens, ils tiennent Montigny, Harnes et Aunay.
L’Allemagne a répondu à l’Amérique. Sa réplique constitue une première capitulation en ce qui concerne les conditions wilsonniennes

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button