Louis Guédet

Vendredi 4 octobre 1918

1484ème et 1482ème jours de bataille et de bombardement

2h après-midi  Temps gris, sombre et froid. Peu de courrier que je viens de finir. Lettre de Caniot, chef de bureau de l’État-civil de Reims, qui m’apprend la mort en 2 jours de Bruge et François, chefs de bureaux du Bureau Militaire de Reims, qui étaient filés à Dijon ! (Rayé) Leur attitude à Reims était déplorable. Surtout Bruge, sergent mobilisé qui lors de l’attaque d’avril et mai 1917 a disparu de son poste à Reims durant 5 jours ! il était allé se terrer à Chaumuzy, et on ne l’a pas porté déserteur… !!… Je vais aller tout à l’heure à Vitry-la-Ville voir si Madeleine sera au train.

5h soir  Été à Vitry-la-Ville. Ma femme est rentrée et a une très bonne impression du collège d’André, pourvu qu’il y réussisse.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

 Cardinal Luçon

Vendredi 4 – Repos à Angers. Visites à Mgr Pessard, à Mgr Pasquier. Reçu lettre du Cardinal Amette me transmettant le désir du Gouvernement que les Cardinaux fissent une lettre collective pour l’Emprunt de la Victoire. Fait la lettre, et expédié à tous les Cardinaux, dactylographiée

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Vendredi 4 octobre

Sur le front au nord de la Vesle, nos troupes ont pris Loivre.
Dans la région de la Neuvillette, une violente contre-attaque allemande n’a pas obtenu de résultat. En Champagne, les combats engagés la veille se sont poursuivis. Nous avons pris Challerange.
Les Allemands ont essayé de nous rejeter du bois au sud-est d’Orfeuil. Par trois fois, leurs assauts ont été brisés. Nous avons conservé nos gains et infligé de lourdes pertes à l’ennemi. Le chiffre des prisonniers faits par nous s’est encore accru.
Les Allemands ont dû entreprendre un repli étendu de leurs lignes à la suite des échecs qu’ils avaient subi sur le front britannique.
Depuis Lens jusqu’à Armentières, ils évacuent leurs positions retranchées qu’ils tenaient depuis les débuts de la guerre de position.
Sur le front de repli, nos alliés ont atteint la ligne Cité-Saint-Auguste, Douvrin, est de la Bassée, est d’Aubers, ouest de bois Grenier. Une attaque ennemie a échoué au nord de Cambrai. L’offensive anglaise se poursuit au nord de Saint-Quentin.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button