Louis Guédet

Mercredi 2 octobre 1918

1482ème et 1480ème jours de bataille et de bombardement

11h matin  Il a gelé à glace, toutes les fleurs sont gelées. Il fait un temps splendide. Depuis ce matin vers 5h le canon tonne fortement. Pauvre Robert il est là-dedans.

6h soir  Journée calme. J’ai rattrapé pas mal de retard. Courrier assez volumineux, mais facile à répondre. La canonnade si furieuse vers les Monts n’a pas cessé de la journée. Je voudrais bien avoir des nouvelles de Robert qui est là-dedans.

Lettre de Jean qui est toujours au calme et pense venir en congé dans une 8aine (huitaine). Pourvu qu’il n’arrive pas quand je serai à Paris. Été à Vitry-la-Ville porter mes lettres, vu le communiqué qui annonce la reprise de Ventelay, Chenay, Merfy, St Thierry sauf le Fort, et Trigny. Dans quel état doivent être ces pauvres villages.

Eté avec Maurice le soir à bicyclette à la Voie des Vaches pour tâcher de voir les fumées du combat, mais le temps était trop gris. Repassé par un chemin descendant vers Cheppes. Maurice semblait enchanté de cette petite promenade en descente continuellement.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Mercredi 2 – Réunion des Sœurs ; causerie sur Reims pendant la guerre.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mercredi 2 octobre

Entre Aisne et Vesle, nos troupes se sont portées à l’attaque et ont réalisé de sérieux progrès sur un front de douze kilomètres. Malgré la résistance de l’ennemi, elles ont enlevé Revillon, Romain, Montigny-sur-Vesle. Poursuivant plus au nord, nous avons atteint les abords sud de Meurival et de Ventelet. 1600 prisonniers ont été dénombrés.
La bataille a continué sur le front de Champagne. Nous avons rejeté l’ennemi de Sainte-Marie-à-Py et dépassé le village. Au nord de Somme-Py, nous avons atteint le coude de la route nationale. Plus à l’est, nous avons conquis Aure, ainsi que les plateaux et les bois au nord de ce village.
Nous avons pris Marvaux, Binarville, Condé-les-Autry avec un matériel considérable. En quatre jours, 13000 hommes et 300 canons sont tombés entre nos mains de la Suippe à l’Argonne.
Les Anglais ont poursuivi leur avance dans la région de Saint-Quentin-Cambrai. Ils tiennent Thorigny, le Tronquoy, Gonnelieu et ont atteint Crèvecoeur, Proville et Tilloy. L’ennemi a incendié Cambrai, qui est enveloppé.
Les troupes belges ont également progressé dans le Nord, arrivant à Zarren, à Staden, dépassant la route Roulers-Menin, menaçant Warneton et débordant la Lys, sur la ligne Warneton-Comines- Wervicq.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button