Louis Guédet

Samedi 27 juillet 1918

1415ème et 1413ème jours de bataille et de bombardement

3h soir  Pluie battante toute la nuit et ondées fort denses dans la journée. Peu de courrier, j’ai fini d’y répondre. Journée monotone et lourde à tirer. Bonnes nouvelles de Jean. Quelle triste existence !

7h soir  Pluie toute la journée. Journée maussade, du canon au loin. Visite de Stroebel, avoué à Reims (Louis Stroebel (1879-1943)), actuellement sous-lieutenant d’intendance à Châlons, qui venait de Vitry-le-François. Très agité, énervé (rayé)! des bombardements de nuit de Châlons. L’avant-dernière nuit ils ont lancé des bombes sur la Prison, des victimes. Et toutes les nuits ainsi. Mais quelle pénible impression il m’a faite. Il m’a aussi confirmé la lâcheté et la peur de Bruge qui a fait des pieds et des mains pour que son service file sur Dijon ! Quel triste individu ce Bruge ! Insolent ! Poseur ! Parlant haut ! Comme tous ces arrogants-là (rayé)!

Stroebel prétend que la Guerre sera finie dans 2 mois ! Alors ce serait la paix blanche, ce serait malheureux, désastreux ! Il faut que nous allions porter les horreurs de la Guerre en plein cœur de l’Allemagne, sinon nous sommes perdus !

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Samedi 27 – Visite à Chevilly, séminaire du Saint-Esprit

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173


Samedi 27 juillet

Nos troupes ont occupé Villemontoire après une lutte acharnée, fait 200 prisonniers, et pris 20 mitrailleuses.
Plus au sud, Oulchy-le-Château est tombé entre nos mains. Nous avons progressé à l’est de la ville et capturé 4 canons.
An sud de l’Ourcq, nous avons fait plusieurs centaines de prisonniers.
Plusieurs villages au nord de la Marne (région de Dormans) ont été enlevés par nos troupes.
En Champagne, à l’est de Reims, nous avons progressé d’environ 1500 mètres sur un front de 20 kilomètres et réoccupé nos anciennes positions d’avant l’offensive allemande. La Main de Massiges est à nous. 1100 prisonniers ont été capturés dans cette région.
Les Allemands ont attaqué le front anglais dans le secteur d’Hébuterne, sous la protection d’un immense tir de barrage. Ils ont été repoussés avec de lourdes pertes, laissant 30 prisonniers aux mains de nos alliés. Ils ont déclenché une forte attaque locale contre la ligne conquise à Meteren par les forces britanniques. Ils ont été rejetés après un violent combat.
Un détachement anglais a fait incursion dans un poste de mitrailleuses du secteur de Merris.
Activité de l’artillerie ennemie dans la vallée de la Somme et dans le secteur de Boyelles

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button