Louis Guédet

Jeudi 4 avril 1918
1301ème et 1299ème jours de bataille et de bombardement

1h soir  La pluie. Travaillé un peu, mais je n’y ai pas la tête. Quelle crise je passe. Lettre de Robert nous annonçant que comme il allait partir à Fontainebleau, de l’échelon, il a rencontré son frère Jean qui lui-même était désigné pour aller suivre un stage de 3 semaines à Vendôme ! Ils ont donc fait route tous deux ensemble vers Paris où ils se sont rencontrés aussi avec René Mareschal. Ce que ces 3 grands enfants ont dû être heureux de se rencontrer. Ils devaient dîner ensemble le soir de la lettre de Robert.

Bref nous voilà donc tranquilles, si Robert réussit à son examen, avec ces 2 grands pour tout au moins 1 mois. Le ciel se sera peut-être éclairci d’ici là. Je serais aussi enchanté que René Mareschal réussisse pour que Robert ait son ami avec lui… Pauvres enfants !! Enfin voilà un peu de tranquillité pour quelques jours ! Pourvu que Robert et René réussissent leur examen, je l’espère… Quand à Jean (rayé). Pas de nouvelles de lui. Il devrait pourtant bien savoir que sa mère aurait été heureuse de savoir cette nouvelle qui l’aurait un peu tranquillisée. Que diable quel stage va-t-il faire là-bas à Vendôme ?

6h soir  Il a plu toute la journée. Rien de saillant. J’ai travaillé toute ma journée à un partage Sion (Succession) Barnier – Foulon qui est au point. Je n’ai plus que les attributions, ce qui n’est rien à faire. Je ne suis pas sorti et je suis fort fatigué.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

La Haubette – Collection : Pierre Fréville


Cardinal Luçon

Jeudi 4 – Pas dit messe Visite de M. Abelé. Il nous dit que la 5e Armée s’en va dans la journée (vrai), qu’il y a des logements à Ay, trop tard. Je me suis… à M. Jean Chandon et au Général d’Esperey. Lettre de remerciement à Mgr l’Evêque d’Angers qui m’avait offert l’hospitalité

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Jeudi 4 avril

Sur le front de la Somme et de l’Oise, activité croissante des deux artilleries.
Au sud de Moreuil, l’ennemi a prononcé une vive attaque contre nos positions entre Morisel et Mailly-Raineval. Repoussés par nos feux, les assaillants n’ont pu prendre pied qu’en un seul point de nos lignes de défense.
Une tentative ennemie au nord de Rollot a échoué sous nos feux. Nous avons exécuté une opération de détail sur les pentes au nord du Piémont, au cours de laquelle nos troupes ont élargi sensiblement leurs positions et fait soixante prisonniers.
Nos escadrilles ont jeté 12.000 kilos de projectiles sur les voies ferrées et cantonnements de Ham, Chauny, Noyon, etc.
Un grand incendie s’est déclaré à la gare de Chaulnes. Les cantonnements ennemis de la région de Roye ont été copieusement arrosés de projectiles et mitraillés à faible hauteur.
Dix avions ennemis ont été abattus.
Les troupes britanniques ont repoussé, après un vif combat, une attaque allemande dans le voisinage de Fampoux: De nombreux morts et quelques prisonniers allemands sont restés entre leurs mains.
Une attaque locale dans le voisinage d’Ayette, leur a rendu la possession de ce village. Elles ont fait cent prisonniers et capturé trois mitrailleuses.
D’autres détachements ont exécuté un raid au nord-est de Loos et fait trente et un prisonniers.
Les Italiens ont enlevé un poste autrichien dans le val Lagarina et en ont anéanti la garnison.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button