Paul Hess

30-31 août 1917 –  Mêmes bombardements que les soirs précédents, en ville, pour les convois de ravitaillement.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Cardinal Luçon

Jeudi 30 – + 13°. Visite de M. Berrué ; du Général de Boyer. Journée tranquille.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Jeudi 30 août

Lutte d’artillerie intermittente sur le front de l’Aisne.
Nos tirs ont fait exploser un dépôt de munitions dans la région de Courtecon.
Sur le front de Verdun, canonnade assez violente dans le secteur Avocourt-cote 304. Nous avons repoussé les reconnaissances ennemies qui tentaient d’aborder nos lignes au nord du bois des Caurières. Le chiffre des prisonniers valides que nous avons faits dans la région de Beaumont depuis le 26 août, s’élève à 1470, dont 37 officiers.
Sur le front belge, grande activité de patrouilles. Nos alliés ont dispersé un détachement ennemi et ramené des prisonniers.
Les Anglais ont opéré avec succès des coups de main au nord-est de Gouzeaucourt et au sud-ouest d’Hulluch. Ils ont fait des prisonniers. Ils ont enlevé au sud-est de Langemarck un point d’appui qui était resté au mains de l’ennemi.
Les Italiens ont fait un millier de prisonniers à l’est de Gorizia et progressé sur le plateau de Bainsizza. On annonce la disgrâce du général von Arz, qui commandait sur ce front.
Une division russe a reculé presque sans combattre en Moldavie.
Le président Wilson, répondant à la note papale, dit qu’on ne saurait négocier avec le gouvernement allemand actuel.

Source : La Grande Guerre au jour le jour


Cote 304

 

Share Button