Louise Dény Pierson 15 mai 1917 Un soir calme, alors que nous prenions le frais dans le jardin un bombardement sourd nous alerta, c’était en direction de la Pompelle, puis l’on entendit de véritables hurlements malgré la distance, mon père me dit : « Ce sont des coloniaux qui attaquent ». Le lendemain nous sûmes… Lire la suite