Louis Guédet

Samedi 20 janvier 1917

861ème et 859ème jours de bataille et de bombardement

7h soir  La neige tient, il fait froid et le temps est toujours à la neige. Caisse d’Épargne ce matin. Après-midi des courses. Vu Charbonneaux, Houlon à la Mairie, rien de saillant, on parle de supprimer le bureau de Poste de la rue de Vesle, ce sera plus commode d’aller au Pont de Muire sans doute ?!!  du C.B.R. (Chemin de fer de la Banlieue de Reims) à partir du 25…  que ne dit-on. Journée occupée, mais sans fait saillant. Quelques rares coups de canon, du reste on n’y prête plus attention.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Samedi 20 – – 2°. Nuit tranquille. Canonnade au loin. Dans la matinée, canonnade entre batteries adverses. Visite à Saint-Remi, Saint-Maurice (curé), à l’Enfant-Jésus, au Bon-Pasteur. Mort de Sœur Stéphanie. A 9 h. soir : quelques coups de grosses pièces françaises.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Saint-Maurice


Samedi 20 janvier

Notre artillerie a énergiquement contre battu l’artillerie ennemie dans les secteurs à l’est d’Auberive, de la cote 304 et de la ferme des Chambrettes.
Sur le front belge, canonnade intense dans la région de Ramscapelle.
Sur le front du Trentin, action limitée des deux artilleries italienne et autrichienne. La nôtre a entravé les mouvements de l’ennemi dans la vallée de l’Adige. Dans le Carso, l’artillerie ennemie a concentré son feu contre le secteur entre le Frigido et la route d’Oppacchiasella à Castagnevizza. Elle a été vigoureusement contre battue par l’artillerie italienne, qui a arrêté et dispersé des groupes qui tentaient de s’approcher de ses positions.
Sur le front russe, au nord-est de Baranovitchi, des détachements de nos alliés ont attaqué deux petits postes et fait 17 prisonniers. L’artillerie lourde ennemie a bombardé le ravin de Boudnowo. Dans la région de Zborow, elle a démoli des réseaux de fils de fer, et une attaque a suivi, mais les éléments qui avaient pénétré d’abord dans les tranchées russes ont été aussitôt refoulés.
Sur le front roumain, canonnade dans les vallées du Trotus et de l’Oltuz. Fusillades et reconnaissances d’éclaireurs.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

Share Button