Cardinal Luçon

Mercredi 6 – Nuit tranquille ; pluie continuelle ; + 10° ; beau temps. Aéroplane français. Expédié lettre au Cardinal Amette et à Mgr Gibier.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 

Mercredi 6 septembre

Malgré le mauvais temps, nos troupes ont progressé sur le front de la Somme.
Au nord, nous avons poussé nos lignes dans la région à l’est du Forest. Nous avons pris d’assaut la ferme de l’Hôpital et le bois Ramette, enlevé une partie du bois Marrières et occupé une croupe au nord-ouest de Cléry. Nous avons relié nos positions du nord à nos positions du sud de la rivière en enlevant le village d’Omiécourt. De nombreux prisonniers ont été faits au cours de la journée.
Au sud de la Somme, l’ennemi a multiplié les contre-attaques sur un grand nombre de points, notamment au sud-ouest de Barleux, au sud-est et au sud de Belloy. Nous avons maintenu nos lignes et infligé des pertes sanglantes à l’adversaire.
Entre Vermandovillers et Chilly, nous avons réduit des îlots tenus par les Allemands. Nous avons atteint les lisières du parc de Deniécourt. Le chiffre de nos prisonniers s’élève à 4047. Au total sur les deux rives du fleuve, nous avons fait 6650 prisonniers et capturé 36 canons dont 28 lourds.
Les Anglais ont progressé à l’est de Guillemont, vers Salsemont et Leuze. Leurs prisonniers dépassent 1000.
Progrès russes dans les Carpathes. Nos alliés ont pris le contact avec les Bulgares en Dobroudja.
Les Roumains accusent six cent quarante-cinq prisonniers nouveaux.

Source : La Grande Guerre au jour le jour


Omiécourt

Share Button