Cardinal Luçon

Mercredi 9 – Nuit tranquille, 9 h. 1/2 bombes sifflantes mais non sur la ville, par-dessus la ville. Aéroplanes ; tir contre eux, de 11 h. à 5 h. Mgr Landrieux dîne chez nous. Visite au Lieutenant-Colonel Claret ; et au Colonel (maison Poullot, boulevard Gerbert) Bourrot (ou Bouriet ?).

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 

Mercredi 9 août

Sur la rive droite de la Meuse, les Allemands ont bombardé avec violence l’ouvrage de Thiaumont, nos positions de Fleury, du bois Chapitre et du Chenois. Ils ont lancé ensuite une attaque sur l’ouvrage de Thiaumont. Arrêté par nos tirs de barrage, l’ennemi n’a pu déboucher et a été rejeté dans ses tranchées de départ.
Dans le bois de Vaux-Chapitre s’est produite également une action offensive. Brisée par nos tirs d’artillerie et nos feux de mitrailleuses, elle a totalement échoué.
La situation n’a pas changé sur les deux rives de la Somme. Le bombardement réciproque se poursuit entre l’Ancre et la Somme sur les premières lignes, ainsi que sur les lignes de soutien.
L’ennemi a prononcé diverses contre-attaques à l’est de Pozières, elles ont toutes été repoussées avec pertes pour l’assaillant; nous gardons le terrain conquis, dit le communiqué anglais. Nos alliés ont exécuté un coup de main heureux contre les tranchées ennemies à l’est de Neuville-Saint-Vaast. Les Allemands en ont tenté un sur les tranchées anglaises au sud-est du bois Grenier. Ils ont été repoussés avec pertes.
Le nombre des prisonniers faits par les Russes au sud de Brody dépasse 5500.
Les Italiens ont remporté des succès dans le val Sugana et dans le Haut-Cordevole.

Source : La Grande Guerre au jour le jour


pozikère

Share Button