Louis Guédet

Mardi 22 août 1916

710ème et 708ème jours de bataille et de bombardement

5h1/2 soir  Le calme général. Pluie diluvienne ce matin et ensuite rayée de soleil avec des nuages lourds et orageux. Journée monotone comme beaucoup d’autres. Rien appris de saillant dans mes courses. Reçu des nouvelles des miens, les 2 grands vont bien. Jean est toujours en route pour Carentan et trouve sa randonnée intéressante. Robert s’est fait vacciner contre la typhoïde. Sorti pour une heure, mais arrêté par l’un par l’autre, je suis rentré 3 heures après. Mes fins de journées sont toujours fort tristes. J’en souffre vraiment.

La Roumanie va-t-elle enfin marcher ? On me l’affirme, mais on nous l’a dit tant de fois et puis pourvu que ce ne soit pas comme la Bulgarie…  contre nous. Cependant je ne le crois pas, si elle se met en guerre ce sera à nos côtés. Je le souhaite le plus tôt possible afin que nous soyons enfin vainqueurs et que nous puissions chasser les allemands de France. Repasser un autre hiver comme les 2 précédents ce serait trop dur, ce serait trop demander à nos forces…  à nos volontés !!

Lettre à M. Jadart, secrétaire de l’Académie de Reims
Reims 22 août 1916

Mon cher Collègue,

inclus copie de la communication que j’avais faite à l’Académie sur le pillage du château de St Thierry.

Saviez-vous que l’incendie de notre Hôtel-Dieu incombe en partie à nos aviateurs qui n’étaient pas à leur poste ? Ces Messieurs s’amusaient à Épernay tandis que les Allemands survolaient en toute sécurité notre Ville. Je fusillerai ces gens-là ! Mais au contraire on semble plutôt les excuser, les protéger. Et combien d’exemples de ce genre se sont produits ici au grand dam de notre pauvre Reims ! C’est navrant !!

Veuillez agréer, mon vrai Confrère, l’assurance de mon bien cordial souvenir.

Signé : L. Guédet

Jadart 58, avenue de Marigny (avenue Foch aujourd’hui) Fontenay-sous-Bois (Seine)

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Mardi 22 – Nuit tranquille. Visite de M. Desramons, aumônier… Visite du Colonel Rollin ; du Père Pothier SJ.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Photo : Louis Corré, collection Gérard Corré

Photo : Louis Corré, collection Gérard Corré


Mardi 22 août

Au nord de la Somme, dans le bois enlevé par nos troupes, entre Maurepas et Guillemont, nous avons capturé six canons de 77. Nos batteries ont exécuté de nombreux tirs sur les organisations allemandes au nord et au sud de la rivière. ll n’y a eu aucune action d’infanterie.
Sur la rive droite de la Meuse, les Allemands ont prononcé une forte attaque accompagnée de jets de liquides enflammés sur le village de Fleury; nos tirs de barrage et nos tirs d’infanterie ont arrêté net l’adversaire, qui a subi des pertes sérieuses.
Nos avions de chasse ont livré de nombreux combats: deux appareils ennemis ont été abattus, l’un dans la region de Denicourt, l’autre près de Berny.
Vive lutte à coups de bombes sur le front belge, près de Dixmude.
Canonnade sur le front italien.
Les Russes ont progressé sur le Stokhod, en faisant 1400 prisonniers, et dans les Carpates.
Un engagement naval a eu lieu en mer du Nord. Les Anglais ont coulé deux sous-marins et ont perdu deux croiseurs légers.
Les forces alliées de Salonique ont pris l’offensive sur tout le front; le contingent italien ayant débarqué. A l’aile droite, les Franco-Anglais ont franchi la Strouma, au nord-ouest de Sérès. Au centre, vive action d’artillerie sur le Vardar. A la gauche, entre la Cerna et la Moglenica, les Serbes ont enlevé des tranchées bulgares, à l’extrême gauche, ils ont évacué Banica.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button