Paul Hess

2 juin 1916 – Sifflements.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Cardinal Luçon

Vendredi 2 – Nuit tranquille. Bombes sifflantes vers 11 h. et de 1 h. à 4 h. matin. Visite du colonel Degail. Via Crucis in Cathedrali.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Vendredi 2 juin

Sur la rive gauche de la Meuse, violent bombardement du bois d’Avocourt et du Mort-Homme. Une attaque allemande qui s’était déclenchée sur nos positions des pentes est, a été complètement repoussée par nos feux.
Sur la rive droite, après une violente préparation d’artillerie, l’ennemi a attaqué nos positions depuis la ferme Thiaumont jusqu’à Vaux. Après plusieurs assauts infructueux, il a réussi à pénétrer dans nos tranchées de première ligne, entre le fort de Douaumont et l’étang de Vaux. Partout ailleurs ses attaques ont été brisées par nos feux de mitrailleuses, qui lui ont infligé de lourdes pertes.
Une de nos escadrilles a lancé une vingtaine d’obus sur les gares de Thionville et d’Audun-le-Roman et sur le centre de ravitaillement d’Azannes.
Un groupe d’avions allemands a lancé plusieurs bombes sur la ville ouverte de Bar-le-Duc. 18 personnes de la population civile ont été tuées, dont deux femmes et quatre enfants ; 25 blessées, dont six femmes et onze enfants. Un aviatik, attaqué par un de nos avions, a été contraint d’atterrir dans nos lignes, au sud de Benicourt (région de Toul) ; les deux aviateurs ennemis ont été faits prisonniers.
Les Italiens demeurent maîtres de la situation aux deux ailes de leur front. Ils ont infligé un échec aux Autrichiens à Posina, au sud-ouest d’Arsiero, mais l’avance autrichienne a continué dans le secteur d’Asiago.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Avocourt

Avocourt


Share Button