Louis Guédet

Lundi 6 mars 1916

541ème et 539ème jours de bataille et de bombardement

6h1/2 soir  Le calme, de la neige pourtant ce matin au lever du soleil, vite fondue du reste, par le beau soleil qu’il a fait toute la journée. A 10h une bombe d’aéroplane est venue tomber au coin de la rue Buirette et de la rue Caqué avec une explosion formidable, gros dégâts. Quand j’ai entendu l’explosion j’ai cru que c’était un obus qui tombait à quelques mètres de la maison, et elle est tombée facilement à 7/800 mètres de là…  Couru les rues pour mes courses. Vu Melle Valentine Laignier toujours fort aimable, mais un peu plus nerveuse que de coutume, l’effet des bombardements des jours derniers, nous n’y étions plus habitués, et la nervosité que je constatais en septembre octobre 1914 nous est revenue. Question de psychologie et de physiologie assez curieuse. En tout cas je souffre beaucoup en ce moment. Je suis d’une tristesse !!

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Paul Hess

6 mars 1916 – Un aéro boche laisse tomber une bombe, vers 9 h, sur la maison 56, rue Buirette, qui est disloquée jusqu’au 1er étage ; celle qui lui est voisine, où est installée une succursale des Comptoirs Français (angle de la rue Caqué) a elle-même sa toiture fortement endommagée.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Rue Buirette

Rue Buirette


Cardinal Luçon

Lundi 6 – Nuit tranquille. + 2, neige abondante, mais fondante. Vent nord. Quelques gros coups de canon. Un aéro laisse tomber une bombe sur la maison où logeait M. Pérot, vicaire de St. Jacques. 4 h. 1/2 canonnade. Combiamento.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Lundi 6 mars

Au nord de Soissons, nous opérons des tirs sur des ouvrages ennemi . En Argonne, notre artillerie a canonné le nord de la Harazée et la Haute-Chevauchée. Au nord de Verdun, violent bombardement entre Haudremont et Douaumont. Les Allemands ont vainement attaqué nos positions à l’est de Vacherauville. Bombardement en Woëvre, dans la région de Fresnes et à l’est d’Haudremont. Un de nos avions a bombardé la gare de Conflans, en Lorraine. M. Filipesco, qui avait été envoyé en mission auprès du tsar, est rentré à Bucarest. Le prince Henri de Prusse a pris le commandement de la flotte allemande.

 

Share Button