ob_bdd7aa_renaudUn livre de Patrick-Charles Renaud

Verdun, dans la nuit du 25 au 26 février 1916 : « Tout chef qui, dans les circonstances actuelles, donnera un ordre de retraite, sera traduit devant un conseil de guerre ». Tel est l’ordre du général Pétain qui vient de se voir confier le commandement des forces défendant Verdun. Dans la salle du conseil municipal de la mairie de Souilly, alors que des rafales de neige s’abattent à l’extérieur, les officiers dde son état-major planchent sur la carte. Pétain écoute attentivement et s’informe malgré le point de congestion qui le fait souffrir. Puis, à l’issue de la réunion, il résume la situation : « C’est la lutte d’une route contre trois lignes de chemins de fer ». L’armée française ne dispose que d’une voie de ravitaillement : la grande route allant de Bar-le-Duc à Verdun qui entrera dans l’histoire sous le vocable de « Voie sacrée »….

Share Button