Cardinal Luçon

Nuit tranquille, mais gros canons et bombes, fusillade un peu intermittente toute la nuit, à intervalles très rapprochés.

5 h., bombes sifflantes en petit nombre. Aéros et tir de canons contre eux. Visite de M. Émile Charbonneaux, venu me remercier de ma visite à La Verrerie.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Samedi 31 juillet

Actions d’artillerie assez violentes en Belgique. Autour de Saint-Georges et de Steenstraete, combats à coups de grenades et de pétards, de tranchée à tranchée, près de Souchez et au Labyrinthe. Entre Oise et Aisne, à Quennevières, lutte d’artillerie. Explosion de mines en Argonne, entre Boureuilles et Vauquois et à Malancourt, canonnade près de Saint-Hubert. Au bois Mortmare et au bois Le Prêtre, entre Meuse et Moselle, canonnade et attaque d’infanterie refoulées. Un taube jette sur Nancy quatre bombes qui ne produisent aucun résultat. Lutte violente dans les Vosges, au Barrenkopf : une contre-attaque allemande est brisée avec de lourdes pertes.
Nos avions opèrent à Passchendaele, entre Ypres et Roulers, sur les bivouacs de l’ennemi, à l’ouest de Combles; sur les organisations allemandes de la colline de Brimont, près de Reims; sur la gare militaire de Châtel, en Argonne; sur celle de Burthecourt, en Lorraine; sur une usine de gaz asphyxiants à Dornach, en Alsace; sur la gare de Fribourg-en-Brisgau; sur la gare de Chauny. Une escadrille de quarante cinq appareils a jeté 103 obus sur les usines pétrolifères de Pechelbronn, près de Haguenau. Des obus ont enfin été lancés sur la gare de Detwiller et sur les hangars d’aviation de Phalsbourg.
Au front oriental, les combats se poursuivent le long de la Narew, où les Allemands ont subi des pertes sérieuses : sur la rive gauche de la Vistule, où leurs avant-gardes ont été repoussées; entre la Wieprz et le Bug, où ils ont été décimés. Les Russes ont fait enfin 1500 prisonniers près de Sokal.
On annonce que les Turcs fortifient Constantinople, comme si cette ville devait, à bref délai, subir un siège. Des avions français et anglais ont bombardé Smyrne.
Les Italiens ont réalisé des progrès sur le Carso et maintenu leurs positions en Carn
ie.

Source : la guerre au jour le jour


 

ob_e35e04_neri-bt-21-015-b-la-pompelle-tank-alle

Source : collection Patrick Nerisson

Share Button