Cardinal Luçon

Nuit tranquille, sauf fusillade presque continuelle, ou à intervalles très rapprochés.

Visite d’un Lieutenant envoyé par le Colonel Malapert.

Lettre du Capitaine de Careur (?). 2 h 1/2 bombes.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 

Vendredi 28 mai

Nous avons consolidé sérieusement nos progrès dans le Nord. Au nord d’Arras, l’action reste très chaude. Près d’Angers, nous avons rejeté deux attaques et infligé de grosses pertes à l’ennemi. Près d’Ablain, nous avons enlevé plusieurs tranchées, puis le cimetière, qui avait été puissamment organisé par les Allemands et progressé en avant de ce cimetière. Nos troupes ont fait 400 prisonniers, dont plusieurs officiers. Un combat d’artillerie s’est livré un peu plus au sud.
Une escadrille de nos avions a bombardé à Ludwigshafen, sur le Rhin, la grande fabrique Badische-Anilin, convertie en usine d’explosifs.
Les combats ont accru à nouveau leur intensité – au front oriental, à Ossowietz, en Pologne, et sur toute la ligne qui va de la Vistule au Dniester. C’est principalement sur le San qu’ils sont meurtriers.
Le croiseur anglais Triumph a été torpillé dans les Dardanelles.
les Italiens consolident leurs positions au Monte-Baldo, à la frontière du Tyrol, – et à l’Est de la voie ferrée Pontebba-Udine, sur la lisière de la Carniole et du Frioul.
Le comte Tisza, premier ministre hongrois, a prononcé un violent discours contre l’Italie.
Deux zeppelins ont survolé Southend (Essex), en Angleterre. Il y a deux morts.

ob_04e1c8_cathedrale-pilastres-tour-nord-petit-p
Share Button