• Tag Archives: M. Clesse

Vendredi 23 novembre 1917

Louis Guédet

Vendredi 23 novembre 1917

1169ème et 1167ème jours de bataille et de bombardement

6h1/2 soir  Toujours le même temps gris. Combats violents vers 8h du soir hier et 3h du matin. A 8h du soir des obus asphyxiants rue du Champ de Mars, chez Delancin (à vérifier) et de Mumm. M. Mazzuchi consul d’Italie qui habite là a été un peu incommodé pas ces gaz qui sentent l’échalote… Dans la journée le calme. Courrier ordinaire, pas de lettres de St Martin. Le voyou de la censure de Châlons continue. Il se fera pincer un jour. Reçu visite de M. Ricoul, chef de la comptabilité de la Banque de France, de Reims. Explications, mise au point, etc…  pour l’emprunt. Il m’a quitté à midi 3/4. Après-midi été voir mon vieil expéditionnaire le papa Millet et lui porter un peu de travail. Rentré pour travailler après avoir acheté l’Écho de Paris qui m’apprend rien d’autre sur la Grrrrande victoire des Britanniques devant Cambrai ! Quelle comédie !! Rien vu, rien appris en route qui valent la peine d’être noté. Causé une seconde avec Charles, Receveur municipal et Beauvais. Je suis fourbu !

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

 Cardinal Luçon

Vendredi 23 – + 10°. Après-midi, visite aux Sœurs de Saint-Vincent de Paul pour Fourneau économique. Via Crucis in Cathedrali à 4 h. Visite de M. Clesse.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Vendredi 23 novembre

Lutte d’artillerie intense au nord du Chemin-des-Dames, entre Aisne et Miette et en Champagne. Les Anglais ont, jusqu’ici, libéré 12 villages autour et en avant de Cambrai et fait 8000 prisonniers.
Les Italiens ont vigoureusement contenu les offensives austro-allemandes sur le front de la Piave.
En Macédoine, actions d’artillerie sur la basse Strouma, dans le secteur du Vardar et dans la région de Monastir, où nous avons exécuté des tirs de destruction sur les batteries ennemies.
La disette s’accroît en Russie, où plusieurs armées se plaignent de manquer de tout.
L’Allemagne a annoncé une nouvelle extension de son champ de blocus maritime.

Sources : La Grande Guerre au jour le jour


Chemin des Dames – par Mayu

Share Button

Dimanche 5 août 1917

Paul Hess

5-6-7 août 1917 – Journées relativement calmes.

Il est à noter que nous jouissons d’une plus grande tranquil­lité, à Reims, depuis que l’offensive anglaise a été engagée, dans les Flandres.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Cardinal Luçon

Dimanche 5 – + 14°. Nuit tranquille, temps couvert, pluvieux, froid qui contrarie les opérations militaires en Flandres, visite de M. Clesse. 8 h. 1/2 orage, pluie. Départ des hirondelles.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

la Bataille de Passendale en 1917 – Flandres  – source : http://www.passchendaele.be


Dimanche 5 août

En Belgique, la lutte d’artillerie a repris une certaine violence, notamment dans la région de Bixschoote. Nos patrouilles opérant à l’ouest de la route de Steenstraete à Wormen, ont occupé deux fermes en avant de nos lignes. Le temps continu à être mauvais.
Dans la région de Saint-Quentin, notre artillerie a effectué des tirs de destruction efficaces sur les tranchées ennemies à l’est de Gauchy.
A l’est de Cerny, deux attaques allemandes, déclenchées dans l’après-midi, ont été brisées par nos feux avant d’avoir pu aborder nos lignes.
Sur les deux rives de la Meuse, activité d’artillerie vers Avocourt et Douaumont.
Canonnade restreinte sur le front belge.
Les Italiens ont bombardé par avions et avec résultat l’arsenal austro-hongrois de Pola.
En Macédoine, un coup de main ennemi a échoué près de Roselli ( à l’est du Vardar ).
L’aviation britannique a bombardé Tenikoï, à 30 kilomètres au nord de Serès.
Les Russes ont marqué quelque activité de reprise d’offensive à la frontière de la Galicie.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

Share Button

Lundi 7 février 1916

Cardinal Luçon

Lundi 7 – Nuit tranquille ; + 5. Aéroplanes. Quelques violents coups de canon, bombes sur les tranchées ou batterie. Visite M. Clesse. A 9 h soir : violente canonnade française.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 Juliette Breyer

Lundi 7 Février 1916. Charlotte n’est plus chez sa tante. Elle a une petite chambre. Elle voudrait bien revenir. Elle me demande, si je prends un commerce, si je veux bien qu’elle vienne demeurer avec moi. Elle s’occuperait du ménage et des enfants. Je ne demande pas mieux, mais je n’ai pas encore de réponse.

Hortense Juliette Breyer (née Deschamps, de Sainte-Suzanne) - Lettres prêtées par sa petite fille Sylviane JONVAL
De sa plus belle écriture, Sylviane Jonval, de Warmeriville a recopié sur un grand cahier les lettres écrites durant la guerre 14-18 par sa grand-mère Hortense Juliette Breyer (née Deschamps, de Sainte-Suzanne) à son mari parti au front en août 1914 et tué le 23 septembre de la même année à Autrèches (Oise). Une mort qu’elle a mis plusieurs mois à accepter. Elle lui écrira en effet des lettres jusqu’au 6 mai 1917 (avec une interruption d’un an). Poignant.(Alain Moyat)

Il est possible de commander le livre en ligne


Lundi 7 février

En Belgique, notre artillerie, de concert avec l’artillerie britannique, a exécuté des tirs de démolition sur les tranchées allemandes en face de Boesinghe.
Plus à l’est, deux batteries ennemies ont été réduites au silence par notre artillerie lourde.
A l’est de Soissons, nous avons canonné les ouvrages adverses en face du plateau de Chassemy.
Le bombardement effectué en Champagne sur les organisations ennemies du plateau de Navarin a donné d’excellents résultats. Les tranchées battues ont été bouleversées; plusieurs dépôts de munitions ont sauté.
Un de nos avions-canons a attaqué, près de Péronne, un drachen ennemi, qui est tombé en flammes.
Les Italiens ont repoussé des attaques autrichiennes près de Tolomino et de Goritz.
On signale au Canada toute une série d’attentats contre des ouvrages d’art et des fabriques. D’autres attentats auraient été prémédités en Suisse.
15000 Allemands et indigènes armés du Cameroun ont été désarmés en Guinée espagnole.


PERONNE Place de_ la Cathédrale. Source Wikipédia

PERONNE Place de_ la Cathédrale. Source Wikipédia

 

Share Button

Jeudi 11 mars 1915

Nuit comme la précédente : canons ? bombes ? de temps en temps, avec un fracas effroyable.

Reçu la visite du P. Retter et de M. Clesse pour l’Œuvre de réconfort spirituel et conférences aux prêtres-soldats, prêtres, soldats.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Et pendant ce temps là

Jeudi 11 mars

Les Allemands bombardent Nieuport, en Flandre, avec des canons de 42 centimètres. Entre la Lys et le canal de La Bassée, l’armée anglaise, appuyée par notre artillerie lourde, a remporté un sérieux succès. Elle a pris le village de Neuve-Chapelle et progressé au nord-est et au sud-est de cette localité, en capturant un millier d’hommes et en infligeant de grosses pertes à l’ennemi.
En Champagne, toutes les contre-attaques allemandes ont été repoussées : nous avons consolidé nos positions. Les pertes ennemies, ici aussi, sont très sensibles.
En Argonne, nous démolissons un blockhaus et enlevons des tranchées. Un combat se livre entre le Four-de-Paris et Bolante. Sur les Hauts-de-Meuse, nous avons bouleversé des tranchées ennemies.
Un huitième sous-marin allemand a été coulé.
Une entrevue, qui provoque beaucoup de commentaires, a eu lien à Rome, entre MM. Salandra et de Bülow.
La déclaration du nouveau cabinet grec est trop vague pour qu’on puisse en inférer une conclusion qu
elconque.

source : La Grande Guerre au jour le jour

ob_9fb3ac_cathedrale

Share Button