Cardinal Luçon

Vendredi 31 – Visite de M. Schaffer, vic. de Fumay, démobilisé ; visite de MM. Ponsin, Fay, Gadifer, Dupont… Debout, curé de Jonchery. Ecrit au Pape pour Veuves de la Guerre.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Vendredi 31 janvier

La Conférence interalliée a tenu deux séances. Dans celle du matin, elle a entendu la délégation polonaise, composée de MM. Dmowski et Piltz, qui ont fait un exposé général de la situation et des revendications polonaises.
Dans celle de l’après-midi, la délégation tchécoslovaque, composée de MM. Kramarcz et Benès, a exposé son point de vue sur le bassin industriel de Silésie, intermédiaire entre la Bohême et la Pologne.

Anton Denikin

La Conférence s’est efforcée d’arbitrer le conflit pendant entre le gouvernement de Varsovie et celui de Prague. En novembre, un arrangement avait été passé entre eux, aux termes duquel ils devaient s’en remettre à une consultation populaire du soin de régler le problème territorial, mais une collision armée s’est produite les 23 et 24.
Les Polonais font valoir que la population de la Haute-Silésie est en majorité polonaise; les Tchécoslovaques allèguent que la possession du bassin houiller de Teschen est indispensable à leur vie industrielle.
Les délégués des puissances à l’enquête qui doit avoir lieu en Pologne sont nommés. Le général Botha, délégué militaire britannique, aura, croit-on, une position de tout premier plan.
Le gouvernement d’Arkhangel a fait savoir qu’il n’accepterait pas d’envoyer des mandataires à la conférence de Prinkipo. Le général Denikine, de son côté, a formulé les plus vives réserves. On croit donc que la Conférence interalliée révisera la décision qu’elle a prise.
M. Taft remplacera M. Wilson à la Conférence.
Les États-Unis ont interdit l’immigration pendant quatre ans.
Nos troupes ont occupé la tête de pont de Strasbourg.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

Share Button