Cardinal Luçon

Mercredi 22 – Monté la bibliothèque double. Visite de Madame de Barral ; du Général Debeney et du Capitaine Debeney son fils ; de M. Dufay architecte.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mercredi 22 janvier

Antonin Dubost

La Conférence interalliée, officieusement réunie, a entendu M. Noulens, ambassadeur de France, et M. de Seavenius, ministre danois à Petrograd, sur les affaires de Russie. L’un et l’autre ont exprimé cette idée qu’une intervention interalliée était indispensable en Russie.
Les Dominions britanniques ont désigné leurs délégués à la Conférence. Le cinquième délégué de la Grande-Bretagne sera le premier ministre de Terre-Neuve.
M. Wilson, reçu au Sénat, a exprimé son affection pour la France, en réponse au discours que M. Antonin Dubost lui adressait.
M. Gustave Ador, président de la Confédération helvétique est arrivé à Paris. Il vient traiter avec les chefs d’Etats alliés un certain nombre de questions économiques qui intéressent son pays.
Les élections allemandes donnent, jusqu’ici, une majorité relative aux social-démocrates majoritaires, mais les démocrates ont également obtenu beaucoup de voix. Les minoritaires, jusqu’à présent, n’ont recueilli des chiffres importants de suffrages qu’à Berlin, à Brunswick et à Francfort-sur-Mein.
On publie le texte du projet de Constitution allemande qui prévoit un président élu par le peuple pour sept ans, des ministres responsables, un Reichstag composé de deux Chambres, dont l’une représentera plus spécialement les Etats allemands.
Le général Denikine a été reconnu par les autres généraux comme généralissime dans le Sud russe.
Un mouvement royaliste s’est produit au Portugal. Ce gouvernement a fait appel à toutes les fractions républicaines et il se dit sûr de l’emporter. L’ex-roi Manoel réprouverait ces menées. Mais un cabinet royaliste, sur les suggestions du leader monarchiste Païva Conceiro, qui avait fait déjà plusieurs vaines tentatives, a été formé à Oporto. La monarchie a été proclamée non seulement dans cette ville, qui passait jadis pour un foyer de républicanisme, mais aussi à Valença de Minho, et ailleurs.
M. Tamagnini Barbosa, président du Conseil portugais, qui s’était rendu à Porto, dans des conditions un peu suspectes, serait devenu ministre de la Guerre de la restauration. Une note dit, que capturé par les insurgés, il a dû passer un compromis avec eux. On ignore encore si le mouvement s’accomplit en faveur de l’ex-roi Manoel ou du prétendant don Miguel.
Une note spécifie les conditions dans lesquelles la marine marchande allemande passera aux mains des Alliés.
Une constituante provoquée par le parti Sinn Feiner d’Irlande s’est réunie à Dublin. Elle a lancé une proclamation et désigné ses délégués à la Conférence de la paix.
Les Esthoniens ont repris Narva sur les bolchevistes. Trotski, qui était parmi ces derniers, est en fuite.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

Share Button