Louis Guédet

Dimanche 12 janvier 1919

1584ème et 1582ème jours

7h soir  Temps gris, pluie toute la nuit et la journée. Messe, été sur la tombe de mon Père. Courrier très lourd. Visites à l’adjoint et aux conseillers municipaux. Robert nous arrive à 6h de Bellheim, pour 23 ou 26 jours. Très en train. Journée bien triste malgré tout pour moi, je suis effrayé de l’avenir. Que faire d’ici ? J’aimerais tant le garder ! Reims, Perthes, Sapignicourt, St Martin, tout est là, abandonné en ruines !! Que faire ?

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Dimanche 12 – Visite Supérieure Visitation ; de M. et Mme Duchateau.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Dimanche 12 janvier

Le gouvernement d’Ebert continue à reprendre à Berlin les édifices qui lui avaient été enlevés par les spartaciens. Ceux-ci avouent leur lassitude dans la capitale, mais l’agitation extrémiste s’accentue en province. Les spartaciens se sont emparés de l’Hôtel de Ville de Stuttgart.
M. Lloyd George est arrivé à Paris.
L’armistice ne sera pas prolongé purement et simplement. Le maréchal Foch a convoqué les plénipotentiaires allemands le 14 ou le 15, à Trèves, pour établir de nouvelles conditions.
M.Lloyd George a achevé le remaniement de son cabinet.
Une manifestation a eu lieu à Luxembourg pour réclamer l’abdication de la grande-duchesse et, l’établissement de la république.
Les Polonais et les Ukrainiens continuent à se battre autour de Lemberg. Pilsudski a décidé d’envoyer de nouveaux renforts aux troupes polonaises.
Ludendorf, aux dernières nouvelles, et contrairement à ce qui a été dit, serait toujours en Suède.
L’Angleterre a décidé de ne plus envoyer de nouvelles troupes en Russie.
M. de Scavenius, ministre danois à Petrograd, qui a protégé nos nationaux dans cette ville durant la crise révolutionnaire, est arrivé à Paris.
M. Wilson a retardé son voyage dans les régions dévastées jusqu’après la première séance de la conférence de la paix.
Un conseil suprême interallié a été créé pour le ravitaillement des régions libérées.

Lemberg

Share Button