Louis Guédet

Mardi 7 janvier 1919

1579ème et 1577ème jours

9h matin  Tempête la nuit, mais sans pluie. Ce matin temps assez clair avec quelques trouées de rayées de soleil. Rien de saillant, même état de tristesse sans espoir de meilleurs jours.

2h  Quelques lettres. Lefèvre-Pontalis me tranquillise sur mon bilan S.A.C. (Société des Amis de la Cathédrale de Reims) qui sera prêt. Il parait assez démonté, et trouve que l’affaire tourne au commerce ! Comme lui j’estime que nous dévions ! Je lui en parlerai quand je le verrai avant la séance.

Mon voyage se tasse ! Je n’ai plus une heure de libre ! Et quel monceau de lettres en rentrant, d’autant que je vais encore perdre 3 jours à Épernay. Mon train est à 8h13 à Vitry-la-Ville maintenant. C’est moins fatiguant. J’arrive à Paris vers 12h. Que ce voyage de Paris m’est pénible !! Et cependant je ne vois rien qui puisse me faire prévoir de nouveaux déboires, de nouvelles tristesses. C’est comme tous mes voyages précédents, des voyages d’affaires et de bousculades, fatiguant surtout, mais je ne puis m’empêcher d’avoir le cœur serré ! Pourquoi ? Je ne sais ! Il est vrai que les joies n’existent plus pour moi ! Je ne puis attendre que des malheurs et des souffrances ! Pauvre vie misérable ! que la mienne !

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Mardi 7 – Visite à la Cathédrale. De M. le Curé de Trigny. Visite de Miss. Ely et Larve, Américaines.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 Mardi 7 janvier

Le Comte Hertling premier ministre. Crédit photo Agence Rol

La Commission de l’armistice s’est occupée de la question de la lutte contre le bolchevisme, de la navigation du Rhin et de la vente des trésors artistiques qui se trouvent dans les châteaux du Kaiser à Potsdam et à Berlin. L’avant-dernier chancelier allemand, le comte Hertling, est mort dans la Haute-Bavière où il s’était retiré. Le gouvernement de Be1grade a notifié aux chancelleries de l’Entente la constitution du royaume Serbe-Croate-slovène, qui comprend : la Serbie, la Yougo-Slavie et le Montenegro. Des grèves ont éclaté en Allemagne à Dantzig et dans la région minière westphalorhénane. Les incidents qui s’étaient produits dans les troupes anglaises à propos des permissionnaires ont été aplanis. Les syndicats d’Alsace-Lorraine se sont réunis à Strasbourg avec les délégués de la C. G. T. française. Les Polonais ont réa1isé une nouvelle progression en Posnanie. M. Poincaré a remercié la reine de Hollande des services rendus par les Pays-Bas aux réfugiés français. Mackensen aurait été transféré de Budapest à Salonique. Le gouvernement lithuanien a quitté Vilna pour Kowno. Guillaume II a été opéré. 2695 prisonniers français ont été rapatriés, ramenés à Cherbourg sur un vapeur allemand. De nouveaux troubles ont éclaté à Budapest.

Share Button