Louis Guédet

Jeudi 2 janvier 1919

1574ème et 1572ème jours

11h matin  Pluie et tempête toute la nuit. Beau temps ce matin vers 9h, du soleil par moment.

J’ai la tête brisée, l’esprit voilé, je ne tiens que par la force de volonté, rien de plus… Est-ce la fin ! si oui, Tant mieux ! J’en ai assez de cette vie ! de larmes et de souffrances morales ! sans un instant de répit, sans une petite lueur de bonheur, de chance, de fortune !

4h soir  Du courrier, rien de saillant. Lettre de Loeillot qui pense me revenir dans quelques semaines. Ce sera déjà une aide. Je souhaite que Touzet me reste, et que je m’entende avec le caissier qui m’est annoncé à Origny-le-Sec.

On me réclame toujours à Reims !! Lettre de Mme Pierre Lacourt (Marie Monce) (Marie Monce (1883-1986) avait épousé Pierre Lacourt (1888-1949) le 4 mars 1918) qui me dit que dans une réunion d’entrepreneurs on disait que j’avais été le seul notaire qui fut resté à Reims, et qu’on pourrait compter sur moi !! (Rayé).

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Jeudi 2 – Visite de M. Lecourt et de M. Compant. Visite de M. le Curé de Fagnon. Visite d’un général et d’un commandant 193 rue de Courlancy. Visite  au Commandant de la Place, rue Chabaud.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 Jeudi 2 janvier

Président Raymond Poincaré

M. Poincaré, au cours d’une interview, a annoncé que les Alliés étaient complètement d’accord sur les points à traiter à la conférence. Il a déclaré qu’il comptait se rendre aux Etats-Unis, après la conférence de la paix, soit dans le courant de l’été.
M. Wilson a invité également George V à aller en Amérique. Le président est parti pour l’Italie, où il visitera Gênes, Rome, Turin, Milan.
M. Clemenceau s’est absenté pour quelques jours, laissant l’intérim de la Guerre à M. Nail, garde des Sceaux.
Le gouvernement allemand se préoccupe de constituer une armée populaire, composée de volontaires qui dépendrait directement de lui et qui serait soustraite à l’influence du G.Q.G. De grandes démonstrations majoritaires ont eu lieu à Berlin. Le groupe Spartacus a condamné l’action des Indépendants.
L’Italie publie ses pertes dans la guerre. Elle compte 460.000 morts dont 16.362 officiers, et 947.000 b1essés, dont 33.347 officiers.
Le gouvernement allemand envoie des troupes en Posnanie pour maîtriser le soulèvement Polonais. Paderewski revendique Dantzig pour la Pologne.
Le cabinet ita1ien a été légèrement remanié : le socialiste-réformiste Bonomi remplace Dari, aux Travaux publics.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button