Louis Guédet

Mercredi 10 juillet 1918

..tain avait demandé au Ministre de la Guerre de s’entendre avec le Ministre de la Justice pour m’autoriser à tenir mes audiences à Vitry-le-François pour les réquisitions militaires. J’avais prévenu aussitôt mon Procureur de la République. J’en serais content, car cela m’occuperait un peu.

Fait des courses dans Châlons, déjeuné à la Haute-Mère-Dieu (hôtel toujours existant, et dont la façade a été reconstruite à l’identique en 2017) où je me suis trouvé avec M. et Mme Armand Walfard-Binet, négociant en vins de Champagne de Reims, qui m’ont dit les désastres de Reims et les pillages. Mme Walfard n’a pas retrouvé un meuble, une armoire qui ne soit fracturée et tout le contenu jeté à terre et souillé. Quand aux vins, le pillage, et on dit que les officiers français se respectent !!…

Il y a des rues de Reims qu’il est impossible de retrouver. M. Walfard n’a pu discerner entre autres la rue Pluche et la rue Courmeaux.

Le Président du Tribunal de Châlons me contait aussi les débordements des officiers, qu’il qualifiait de la belle manière. Quant aux pillages je ne lui apprenais rien. Et il me faisait remarquer, ce que je savais déjà, c’est que même des magistrats avaient pris ces mœurs de sans-gêne, d’excès de pouvoir, de pillages et de gaspillage.

Le bas de la page a été découpé.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Mercredi 10 – Visite du Médecin-Chef Dr Coyou, de M. le Cure de Cumières. Visite du Commandant Lanquetot et du Capitaine de gendarme­rie français attaché au 2e Corps d’Armée italienne

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mercredi 10 juillet

Entre Montdidier et l’Oise, nous avons effectué une opération locale à l’ouest d’Antheuil.
Sur un front de près de 4 kilomètres, nos troupes, appuyées par des chars d’assaut, ont pénétré dans les lignes ennemies, enlevé la ferme Porte et la ferme des Loges, et réalisé une avance de 1800 mètres environ en certains points. Une contre-attaque ennemie sur la ferme des Loges a été repoussée. Nous avons maintenu tous nos gains. Le chiffre des prisonniers atteint 540.
Activité des deux artilleries à l’ouest et au nord de Château-Thierry, notamment à la cote 204.
Nos patrouilles ont ramené des prisonniers en Champagne, dans le secteur des Marquises et vers la butte de Souain.
Les troupes de Londres ont exécuté un raid heureux à l’est d’Arras et capturé quelques prisonniers et une mitrailleuse.
Les Italiens ont fait 1300 prisonniers en Albanie.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button