Louis Guédet

Lundi 24 juin 1918

1382ème et 1380ème jours de bataille et de bombardement

7h soir  Beau temps. Notre Lieutenant-colonel est parti à 9h, et à 2h il était remplacé par le Colonel (en blanc, non cité). Tous ces américains paraissent convenables mais forts remuants. Il y en a dans tous les villages environnants. J’ai fini mon courrier, peu de lettres ce matin. Je n’en suis pas fâché, été à bicyclette à Songy et Vitry-la-Ville pour mon courrier. Rien d’autre de saillant.

J’ai oublié de noter que durant mon voyage à Paris et à Troyes j’ai constaté une animosité et un mépris de plus en plus accentué contre les officiers. On les traite ouvertement de paresseux et d’incapables. Il se prépare contre tous ces galonnards une réaction terrible après la Guerre, et peut-être pendant.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Lundi 24 – In Nativitate spes multi gaudebunt  ce n’est pas notre cas cette année. Visite du Général Marillier, dont le quartier général est à Tauxières, avec un lieutenant Colonel. Visite à Cumières.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173


Lundi 24 juin

Nous avons exécuté plusieurs coups de mains entre Montdidier et l’Oise et fait des prisonniers.
Entre la Marne et Reims, les Allemands ont attaqué la montagne de Bligny et réussi à s’emparer un moment du sommet. Une contre-attaque vigoureuse des troupes italiennes les en a rejetés peu après en faisant des prisonniers. Notre ligne est intégralement rétablie.
Les Anglais ont repoussé une vive attaque locale entreprise par l’ennemi contre leurs positions à l’ouest de Merris.
Aux environs de Morlancourt et de Bucquoy, au cours de raids heureux, ils ont fait des prisonniers.
Activité de l’artillerie allemande près de la forêt d’Aveluy.
Les Italiens ont pris l’offensive entre le Montello et la mer et repoussé les Austro-Hongrois au delà de la Piave.
Les Anglais, sur le front italien, ont exécuté heureusement un coup de main au sud d’Asiago. Ils ont infligé à l’ennemi de lourdes pertes, capturé 31 prisonniers et une mitrailleuse. Le corps d’aviation britannique a détruit, en dix jours, 23 avions ennemis.
On annonce une fois de plus la démission du premier ministre autrichien von Seidler.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button