Louis Guédet

Vendredi 1er décembre 1916

811ème et 809ème jours de bataille et de bombardement

8h soir  Brouillard brumeux ce matin, mais ensuite très beau soleil. Il a fortement gelé. Le canal commence à geler. Audience civile ce matin, quelques affaires intéressantes et de plus d’autres qui me font constater que de plus en plus que les fonctionnaires dont la vie n’est pas modifiée au point de vue ressources se refusent honteusement à payer leurs loyers mais refusent cyniquement, des employés des Postes !! des officiers ! des policiers qui touchent même des appointements de Guerre, et tutti quanti !!… D’autres locataires sous-louent, ou leur appartement qu’ils ont abandonné parce que trop dangereux (?), ou partent de leur appartement, encaissent leurs sous-locations et se refusent énergiquement à payer leur propriétaire !! C’est le comble, mais c’est comme cela ! Hélas !! Les nuages de cette sorte s’amoncellent terriblement !! Gare la réaction terrible…  la révolution dans toute son horreur !…  Les soldats du front, d’un côté, les civils lésés, molestés, d’autre côté…  Tout cela ne peut finir que par des coups de fusils et des coups de couteaux. Après-midi été à l’Enregistrement. Le pauvre receveur Goffinet (à vérifier) perd la tête, comme Fauré (à vérifier) et il n’y a que Bruneau (à vérifier) qui ait encore sa tête quand il vient faire sa quinzaine. Quel froussard.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Vendredi 1er décembre

Nuit tranquille. 1° Matinée paisible. Pendant la nuit du 30 novembre au 1er décembre fréquents coups de mitrailleuse. Item, coups de fusil vers 11 h. 1/2. Via Crucis in cathedrali. Toute l’après-midi, tirs très actifs, surtout de mitrailleuses contre nos avions, et des canons français contre les avions allemands.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

geindecker


Vendredi 1er décembre

Au sud de la Somme, l’artillerie ennemie, énergiquement contre-battue par la nôtre, a bombardé notre front depuis le bois de Chaulnes jusqu’à Berny. Aucune action d’infanterie ne s’en est suivie.

En Champagne, le tir de nos canons de tranchées a fait exploser un dépôt de munitions ennemi dans la région de Massiges.

En Argonne, nous avons fait jouer au nord du Four-de-Paris trois camouflets qui ont bouleversé les travaux de mine de l’adversaire.

Sur le front britannique, duels d’artillerie particulièrement entre l’Ancre et la Somme.

Les Roumains ont contre-attaqué avec succès les Austro-Allemands dans les vallées de la Prahova et du Buzeu. Mais l’ennemi s’est emparé de Pitesti et de Campolung, au nord-ouest de Bucarest, et de Comana, à 30 kilomètres de cette ville, au sud-ouest. On continue à dire que des forces russes considérables descendent de la Moldavie vers la Valachie.

Venizelos, au nom du gouvernement de Salonique, a déclaré la guerre à la Bulgarie et à l’Allemagne.

Le Reichstag a voté en première lecture le projet de mobilisation civile auquel seuls les socialistes dissidents ont fait opposition.

L’Amérique prépare une nouvelle protestation contre les déportations belges.

Source : La guerre au jour le jour

Share Button