• Monthly Archives: décembre 2013

Vues aériennes de Reims – 1916 et 1917

Pour aujourd’hui, voici deux avant-après originaux. En effet, nous prenons de la hauteur avec ces vues aériennes de la ville prises par un aviateur français pendant la première guerre mondiale.

Voir également sur Reims 14-18
Photos N&B : Vincent Piniarski.

La première prise le 18 mars 1916, permet de se rendre compte des destructions du quartier des Laines et de la cathédrale :

ob_cfdb2d_reimsaerien-vp2

La deuxième montre le quartier de la gare sous la neige, elle est prise en hiver 1917 :

ob_7361ab_reimsaerien-piniarski1

Merci à « Google Earth » pour les vues aériennes actuelles ! Montage : Vincent Piniarski

Share Button

Vivre à Reims sous les obus en 1916-1917

Troisième volet de la série concernant des portraits de Rémois pendant les bombardements de la Première Guerre Mondiale, en autochromes (1917) et photos N&B (1915-16-17).

Reims est une des rares villes françaises importantes à être constamment sur la ligne des combats durant quatre ans. C’est d’ailleurs la plus grande ville, en terme de population à se retrouver dans cette situation malheureusement exceptionnelle.

Sa population était de 115 178 habitants au recensement de 1911, elle s’effondrera à 3 000 personnes en février 1918. Pour ceux qui ont choisi de rester, la vie s’organise dans les caves des maisons individuelles et des maisons de champagne. Notons également que c’est l’été 1918 qui sera le plus destructeur pour la ville.

Autochromes : culture.gouv.fr

Photos N&B : Gallica.bnf.fr (fond Valois)

Passage d’un avion, place Drouet d’Erlon, Castelnau, 1917 :

Vivre à Reims sous les obus en 1916-1917

Ravitaillement en farine, rue Libergier. Au fond la façade de la cathédrale. Castelnau, 1917 :Vivre à Reims sous les obus en 1916-1917

Ecole de la rue… (Libergier ?) Dans la cour, élèves munis du masque contre les gaz, 11 janvier 1916 :Vivre à Reims sous les obus en 1916-1917

Vivre à Reims sous les obus en 1916-1917

Habitante installant le chauffage dans sa cave où elle s’est réfugiée, 6 décembre 1917 :Vivre à Reims sous les obus en 1916-1917

La marchande de lait faisant sa tournée coiffée du casque Adrian, 20 juillet 1917 :Vivre à Reims sous les obus en 1916-1917

Vivre à Reims sous les obus en 1916-1917

Le rémouleur également équipé du casque et du masque contre les gaz, 6 décembre 1917 :Vivre à Reims sous les obus en 1916-1917

Une habitante, rue Saint-Symphorien, 24 août 1915 :

Vivre à Reims sous les obus en 1916-1917

Contrôle des laissez-passer au pont Huon mis en état de défense, 3 janvier 1916 :Vivre à Reims sous les obus en 1916-1917

Mme et M. Huard posant dans les ruines ! (quartier des Laines) 25 août 1916 :Vivre à Reims sous les obus en 1916-1917

Vivre à Reims sous les obus en 1916-1917

Et pour finir une petite série avec le facteur (en casque et en képi) qui prend la pose pour le photographe. Je vous laisse apprécier ses belles bacchantes !

Autochromes de Paul Castelnau (pour les 3 premiers) le 5 avril 1917, et de Fernand Cuville pour le quatrième (même époque) qui est pris rue Hincmar :

Vivre à Reims sous les obus en 1916-1917
Vivre à Reims sous les obus en 1916-1917
Vivre à Reims sous les obus en 1916-1917
Vivre à Reims sous les obus en 1916-1917

 

Share Button

Scènes de vie à Reims en 1917 – Autochromes

Lorsque le 19 septembre 1914 un obus incendiaire embrase la cathédrale de Reims, la cité entre dans la mémoire collective sous l’appellation de « ville-martyre ».

Pourtant, Reims acquiert au cours de la guerre une autre image, une autre consécration. Elle devient un symbole de la résistance militaire, par l’intermédiaire de la clef de voûte du système défensif que représente le fort de La Pompelle, situé à 5 km au sud-est de la ville.

Mais Reims est surtout le symbole de la résistance civile à l’égard des armées allemandes. En effet, malgré les 1 600 à 2 000 obus quotidiens qui s’abattent sur la cité pendant 1 051 jours, la ville n’est totalement évacuée que le 25 mars 1918. Pendant quatre ans, les Rémois vivent sous les bombes et incarnent cette résistance civile.

Meurtrie, la ville de Reims l’est essentiellement parce que le front stabilisé s’enroule autour d’elle du nord-ouest au sud-est.

Source : « Cimetières militaires et monuments aux morts de la Grande Guerre » collection Itinéraires du Patrimoine, Marne, n° 288.

Autochromes de Fernand Cuville et Paul Castelnau : culture.gouv.fr et « Autochromes 1914-1918 Couleurs de Guerre », Editions du Patrimoine

 

Petite Rémoise, fillette jouant à la poupée dans une rue, à côté d’elle fusils et sac de soldat. (Cuville 1917) :

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

Enfants jouant aux quilles Place Drouet d’Erlon. (Cuville 1917) :

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes
Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

Porteur de pain. (Castelnau 1917) :

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

Femmes, place Saint-Thimothée. (Castelnau 4 mars 1917) :

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

 

Au Comptoir de l’Industrie  (Cuville 1917) :

1- Ouvrier au travail avec un étau sur pied.
2- Ouvriers au travail avec une chèvre et un palan.

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes
Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

Deux vieux habitants de Reims : une vieille dame et M. Reiser, appuyés sur un petit chariot. Au deuxième plan, un portail endommagé par des balles. (Cuville 1917) :

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes
Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

Monsieur Jacques Régnier, Sous-Préfet de Reims, 1917. (Cuville 1917) :

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes
Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

Ramasseur de chiffons. (Cuville 1917) :

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

La maison Rohart, le personnel et une charrette hippomobile. (Cuville 1917) :

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

Déménageurs. (Cuville 1917) : Est-ce la rue de Cernay ?

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

Femmes portant des sacs de charbon, rue Clovis. (Cuville février-avril 1917) :

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

Scène de déménagement après un bombardement, boulevard Saint-Marceaux. (Castelnau 25 mars 1917) :

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

Livraison du lait, vue prise au coin des rues de Vesle et de Talleyrand ; charrettes à bras. (Castelnau 9 mars 1917) :

Scènes de vie à Reims en 1917 - Autochromes

 

 

Share Button

Portraits de Rémois en 1917 – Autochromes

Inventé en 1903 par les frères Lumière, l’autochrome est la première photographie couleur ( » en couleurs naturelles « ) fabriquée de façon industrielle. Il s’agit d’une image positive sur plaque de verre dont le procédé est à base de fécule de pomme de terre.

Destiné à être projeté, l’autochrome est considéré comme étant l’ancêtre de la diapositive en couleurs moderne.

La Section Photographique de l’Armée négligea l’autochrome pendant les premières années du conflit, malgré l’indubitable intérêt du procédé. Elle en fit usage pour la première fois en 1916 et en 1917. Elle conçut alors le dessein ambitieux de lancer une campagne exhaustive sur l’ensemble du front français, uniquement en autochromes. Au même moment Albert Kahn, richissime et philanthrope, prit contact avec le ministère de la Guerre pour la réalisation de prises de vues autochromes sur le front.

Cette opération dut être approuvée et mise en place rapidement, la Section Photographique de l’Armée ayant recruté deux nouveaux opérateurs pour la circonstance : Paul Castelnau (1880-1944) et Fernand Cuville (1887-1927), tous deux mobilisés dans le service auxiliaire de l’armée pour des raisons médicales.

Le choix de Reims comme point de départ des missions de Cuville et Castelnau n’est pas anodin. Depuis le début du conflit, la ville avait été érigée en symbole de la « barbarie » allemande et était devenue un élément clé de la propagande française. Quand les deux opérateurs parviennent à Reims, ils découvrent une ville dévastée, vidée d’une grande partie de sa population : en février 1917, seuls restent 17 000 habitants sur les 113 000 dénombrés avant le conflit.

Castelnau accomplit deux missions à Reims (25 janvier-11 février, 1er mars-6 avril 1917). Cuville y fit un séjour du 26 février au 7 avril 1917.

Castelnau et Cuville quittent Reims alors que les bombardements allemands s’intensifient dramatiquement : 8 000 obus s’abattent sur la ville en moins de 24 heures.

A peine réalisés, les autochromes constituent un témoignage unique et déjà historique.

Deux autres photographes travaillèrent dans la région de Champagne avec ce même procédé autochrome : un Français, Jules-Gervais-Courtellemont (1863-1931) et un Allemand, Hans Hildenbrand (1870-1927).

Sources :

Médiathèque-Patrimoine.culture.gouv.

– « Couleurs de guerre Autochromes 1914-1918 » Editions du Patrimoine-Centre des Monuments Nationaux.

Le balayeur portant un bonnet d’astrakan, 1er avril 1917 (Castelnau) :

Portraits de Rémois en 1917 - Autochromes

Portraits de Rémois en 1917 - Autochromes

Mendiant, homme âgé cherchant parmi les débris, 6 avril 1917 (Castelnau) :

Portraits de Rémois en 1917 - Autochromes

Vendeur de journaux (casquette au nom du « Petit Journal ») 6 avril 1917 (Castelnau) :

Portraits de Rémois en 1917 - Autochromes

Une vieille dame avec un fichu rouge, 5 avril 1917 (Castelnau) :

Portraits de Rémois en 1917 - Autochromes

Portraits de Rémois en 1917 - Autochromes

JEAN, petit garçon assis sur une pierre (probablement dépôt de la cathédrale), 1er avril 1917 (Castelnau) :

Portraits de Rémois en 1917 - Autochromes

Monsieur Gauthier restaurateur, 3 avril 1917 (Castelnau) :

Portraits de Rémois en 1917 - Autochromes

M. et Mme Gauthier, restaurateurs, 6 avril 1917 (Castelnau) :

Portraits de Rémois en 1917 - Autochromes

Monsieur et Madame Gauthier et leur personnel le 6 avril 1917 (Castelnau) :

Portraits de Rémois en 1917 - Autochromes

Cocher devant le « Restaurant Gauthier » le 6 avril 1917 (Castelnau) :

Portraits de Rémois en 1917 - Autochromes

Boucherie chevaline MINOUFLET, rue Gambetta. M.et Mme Minouflet devant leur boucherie, 1er avril 1917 (Castelnau) :

Portraits de Rémois en 1917 - Autochromes

Portraits de Rémois en 1917 - Autochromes

Un homme assis sur une pierre du cloître des Cordeliers, 3 avril 1917 (Castelnau) :

Portraits de Rémois en 1917 - Autochromes

Monsieur Huart, gardien de la cathédrale, 23 mars 1917 (Castelnau) :

Portraits de Rémois en 1917 - Autochromes

Monsieur Havot, sculpteur de la cathédrale, 24 mars 1917 (Castelnau) :

Portraits de Rémois en 1917 - Autochromes

Vieille dame coiffée d’un bonnet de dentelle noire, 28 mars 1917 (Castelnau) :

Portraits de Rémois en 1917 - Autochromes

Femmes, rue Libergier, 3 mars 1917 (Castelnau) :

Portraits de Rémois en 1917 - Autochromes

Enfants dans les ruines place Drouet-d’Erlon , 1917 (Cuville) :

Portraits de Rémois en 1917 - Autochromes

A SUIVRE !…

 

Share Button

Programme illustré des fêtes du 26 mai 1927

Document : Daniel Wilmotte

Share Button

Journal de guerre du soldat Marcel Alibert

Mon nom est marqué comme soldat de Verdun, dans la crypte du monument dédié aux combattants de Verdun (avec attribution de la médaille) ainsi que pour la médaille de l’Aisne à Cerny-en-Laonnois, prise du chemin des Dames, Laffaux, Malval, Vauxaillon, Mont des singes, percée de la ligne Hunding et poursuite de l’ennemie.

Mon nom est marqué comme soldat de la Marne sur la ligne d’Or de l’Hôtel de Ville de Meaux, y figurent aussi les restes de deux combats (et quelques photos) auxquels j’ai participé en mai, juin, juillet 1918 (avec attribution de la médaille) ainsi que pour la médaille de Champagne à Reims ou j’ai combattu en septembre 1917.

Unités de guerre 1914-1918 :

  • 109e artillerie 62e Bt
  • 103e artillerie 35e B
  • 333e artillerie 9e B
  • 20e artillerie 7e B
  • 16e artillerie 7e B

guerre 1939-1940
212e infanterie 15e Cie mitrailleuse
19e train-secrétaire J. M. 2e

Lire la totalité de son journal sur le blog de sa petite-fille « Entre France, Estonie… telle est l’Europe »

Marcel Alibert en octobre 1917 dans les ruines d'Ostel (Aisne)

Marcel Alibert en octobre 1917 dans les ruines d’Ostel (Aisne)

Share Button

Les personnalités et les délégations étrangères visitent Reims en 1919

Pour montrer au monde l’horreur des bombardements, en particulier ceux de la Cathédrale, Reims a reçu, tout au long de la guerre des délégations de parlementaires qui y viendront régulièrement ainsi que des groupes de journalistes en provenance des cinq continents.

Toutes les photographies de cet article viennent du « Fonds Valois » (de la rue de Valois à Paris où étaient déjà les bureaux des « Beaux-arts »)

Pour en savoir plus : lire l’article d’Hervé Chabaud : Compatir, soutenir, s’indigner, Les visites de personnalités à la cathédrale, pp 79-81 dans Reims 14-18 – De la guerre à la paix, éd. La Nuée bleue.

Ce cinquième article vous montre les photographies prises en 1919 :

janvier 1919 : réception du Président Wilson, le maire le docteur Langlet, Monseigneur le Cardinal Luçon
janvier 1919 : réception du Président Wilson, le maire le docteur Langlet, Monseigneur le Cardinal Luçon
janvier 1919 : réception du Président Wilson, le maire le docteur Langlet, Monseigneur le Cardinal Luçon

janvier 1919 : réception du Président Wilson, le maire le docteur Langlet, Monseigneur le Cardinal Luçon

1919, M. Lloyd Geroge et Monseigneur le Cardinal Luçon
1919, M. Lloyd Geroge et Monseigneur le Cardinal Luçon

1919, M. Lloyd Geroge et Monseigneur le Cardinal Luçon

Share Button

Les missions étrangères visitent Reims en 1918

Pour montrer au monde l’horreur des bombardements, en particulier ceux de la Cathédrale, Reims a reçu, tout au long de la guerre des délégations de parlementaires qui y viendront régulièrement ainsi que des groupes de journalistes en provenance des cinq continents.

Toutes les photographies de cet article viennent de Gallica-BNF, « Fonds Valois » (de la rue de Valois à Paris où se trouvaient les bureaux des « Beaux-arts »)

Pour en savoir plus : lire l’article d’Hervé Chabaud : Compatir, soutenir, s’indigner, Les visites de personnalités à la cathédrale, pp 79-81 dans Reims 14-18 – De la guerre à la paix, éd. La Nuée bleue.

Ce quatrième article vous montre les photographies prises en 1918 :

langlet
bdic-val-053-021-16-1

Le 16 janvier 1918, devant sa maison, le maire, le docteur Langlet prend congé de M. Paul Scott Mororer, directeur du The Chicago News

bdic-val-053-022-20-1
bdic-val-056-100b
bdic-val-057-036b
bdic-val-057-037b

Le 20 janvier 1918, visite des professeurs de l’Université de Paris

bdic-val-053-024b
bdic-val-053-025b
bdic-val-054-083b
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
01 02

Le 8 février 1918, mission canadienne

a b c d e f g h i

Le 4 mars 1918, visite du ministère de l’instruction, Monsieur Lafferre

1 2

Le 6 mars 1918, visite de Miss Holt, Melles Oliveira et René Taillandier du comité franco-américain pour les aveugles de guerre

3 4 5 6Le 7 et 8 mai 1918, mission du Labour Party américain

Share Button

Les missions étrangères visitent Reims en 1917

Les missions étrangères visitent Reims en 1917

Pour montrer au monde l'horreur des bombardements, en particulier ceux de la Cathédrale, Reims a reçu, tout au long de la guerre des délégations de parlementaires qui y viendront régulièrement ainsi que des groupes de journalistes en provenance des cinq continents.

Toutes les photographies de cet article viennent du "Fonds Valois" (de la rue de Valois à Paris où étaient déjà les bureaux des "Beaux-arts")

Pour en savoir plus : lire l'article d'Hervé Chabaud : Compatir, soutenir, s'indigner, Les visites de personnalités à la cathédrale, pp 79-81 dans Reims 14-18 – De la guerre à la paix, éd. La Nuée bleue.

Ce troisième article vous montre les photographies prises en 1917 :

Le 14 janvier 1917 : la mission suisse - sur les deux premières photographies prises rue de Vesle on peut appercevoir au fond l'ancien pont
Le 14 janvier 1917 : la mission suisse - sur les deux premières photographies prises rue de Vesle on peut appercevoir au fond l'ancien pont
Le 14 janvier 1917 : la mission suisse - sur les deux premières photographies prises rue de Vesle on peut appercevoir au fond l'ancien pont
Le 14 janvier 1917 : la mission suisse - sur les deux premières photographies prises rue de Vesle on peut appercevoir au fond l'ancien pont
Le 14 janvier 1917 : la mission suisse - sur les deux premières photographies prises rue de Vesle on peut appercevoir au fond l'ancien pont
Le 14 janvier 1917 : la mission suisse - sur les deux premières photographies prises rue de Vesle on peut appercevoir au fond l'ancien pont
Le 14 janvier 1917 : la mission suisse - sur les deux premières photographies prises rue de Vesle on peut appercevoir au fond l'ancien pont
Le 14 janvier 1917 : la mission suisse - sur les deux premières photographies prises rue de Vesle on peut appercevoir au fond l'ancien pont
Le 14 janvier 1917 : la mission suisse - sur les deux premières photographies prises rue de Vesle on peut appercevoir au fond l'ancien pont
Le 14 janvier 1917 : la mission suisse - sur les deux premières photographies prises rue de Vesle on peut appercevoir au fond l'ancien pont
Le 14 janvier 1917 : la mission suisse - sur les deux premières photographies prises rue de Vesle on peut appercevoir au fond l'ancien pont
Le 14 janvier 1917 : la mission suisse - sur les deux premières photographies prises rue de Vesle on peut appercevoir au fond l'ancien pont

Le 14 janvier 1917 : la mission suisse – sur les deux premières photographies prises rue de Vesle on peut appercevoir au fond l’ancien pont

Le 17 juin 1917, visite du président Poincaré
Le 17 juin 1917, visite du président Poincaré
Le 17 juin 1917, visite du président Poincaré

Le 17 juin 1917, visite du président Poincaré

Le 20 juillet 1917 : mission des journalistes
Le 20 juillet 1917 : mission des journalistes

Le 20 juillet 1917 : mission des journalistes

Septembre 1917 : arrivée du Roi d'Italie et du Présiendent de la République à la gare

Septembre 1917 : arrivée du Roi d’Italie et du Présiendent de la République à la gare

Le 21 décembre 1917 : mission des conférenciers américains
Le 21 décembre 1917 : mission des conférenciers américains
Le 21 décembre 1917 : mission des conférenciers américains
Le 21 décembre 1917 : mission des conférenciers américains
Le 21 décembre 1917 : mission des conférenciers américains

Le 21 décembre 1917 : mission des conférenciers américains

Share Button

Les délégations étrangères visitent Reims en 1916

Pour montrer au monde l’horreur des bombardements, en particulier ceux de la Cathédrale, Reims a reçu, tout au long de la guerre des délégations de parlementaires qui y viendront régulièrement ainsi que des groupes de journalistes en provenance des cinq continents.

Toutes les photographies de cet article viennent du « Fonds Valois » (de la rue de Valois à Paris où étaient déjà les bureaux des « Beaux-arts »)

Pour en savoir plus : lire l’article d’Hervé Chabaud : Compatir, soutenir, s’indigner, Les visites de personnalités à la cathédrale, pp 79-81 dans Reims 14-18– De la guerre à la paix, éd. La Nuée bleue.

Ce deuxième article vous montre les photographies prises en 1916 :

22 février 1916 : Généraux Joffre et Franchet d'Esperey commandant la 5ème armée

22 février 1916 : Généraux Joffre et Franchet d’Esperey commandant la 5ème armée

Le 24 mars 1916 : mission roumaine

Le 24 mars 1916 : mission roumaine

ob_dd0c54466a03b64c03fb6a74a6f5deb0_bdic-val-054-118b

ob_cc779d58e49540d9f21d53ec61336441_bdic-val-055-125b

ob_cb21753f657df9dc5c1ac50f5a4bf221_bdic-val-054-113b

ob_d512965f8c0dd0223572aa29a90ac9f4_bdic-val-057-013b

Mois de mai : mission américaine : Mr. Curpacher, Mme Harper et Miss Kinney

Mois de mai : mission américaine : Mr. Curpacher, Mme Harper et Miss Kinney

ob_35145e1753b1b7e68e5fbe2036f162ac_bdic-val-054-107b

ob_8cfee7879887897e56b2fe89fb412d1b_bdic-val-054-119b

Le 2 mai 1916 : mission espagnole (MM de la Huerta et de Nos)

Le 2 mai 1916 : mission espagnole (MM de la Huerta et de Nos)

ob_a87db6c00b9f678f808f90a347944d63_bdic-val-054-112bob_79d9c02dc239cd971e83d0ad18f3c042_bdic-val-054-056b

ob_402180a04a9e679a220159a308fb9222_bdic-val-054-048b
 ob_607e823bdce11211de3a59104e2f7321_bdic-val-055-03b
ob_8f8befb61b4c24c2bc63f1b30512d2cd_bdic-val-055-149b
Le 27 mai 1916 : Palais Archiépiscopal, la mission russe et M. Protopopoff.

Le 27 mai 1916 : Palais Archiépiscopal, la mission russe et M. Protopopoff.

Le 9 juin 1916 : mission américaine

Le 9 juin 1916 : mission américaine

ob_60a8b75daffcdbe33ba53325240fa630_bdic-val-052-170b

ob_4d201befa579d8fe69ed1d0848e83829_bdic-val-055-126b
ob_46bbf4ac80ac71e75c071b194d05acd0_bdic-val-055-152b
ob_1e8c4fd78576e45af6ba690d8c61bdfb_bdic-val-055-153b
ob_c4bdc081df29b163d0d0956177ec54ba_bdic-val-057-014b
ob_a8731de2c0368ac1b5faf692eec2306d_bdic-val-059-042b
ob_81fe626bb6cf8ee31d65e7c3eb332ab9_bdic-val-059-044b
ob_be5977634251834c4833924583b1448c_bdic-val-059-046b
ob_3876f98597e0dd82f3a93d12f00b997b_bdic-val-059-072b
ob_6478352532ff0258ae9db9f2d8655283_bdic-val-059-073b
ob_4811166b5feae59c7026ee25784a1267_bdic-val-059-074b
ob_a8731de2c0368ac1b5faf692eec2306d_bdic-val-059-042b

Le 21 juillet 1916 : mission roumaine

Le 21 juillet 1916 : mission roumaine

ob_e8ffd570461536f1adf1465fb61a2676_bdic-val-059-047b

ob_5bd36cb925682529beca6a345cf6cee8_bdic-val-059-055b
ob_440b4a36cc4496dce6ed237b11bc24e5_bdic-val-059-078b
ob_54486096419aa6db11b0c6c6c0a2c644_bdic-val-059-079b
ob_469df1e7c16a6288da448f6f357ae514_bdic-val-059-081b
Le 22 août : mission américaine

Le 22 août : mission américaine

 ob_6e19daa04c9d60ed4ae6014784e95950_bdic-val-052-177b

Le 25 août 1916 : le Prince de Monaco

Le 25 août 1916 : le Prince de Monaco

ob_402180a04a9e679a220159a308fb9222_bdic-val-054-048b

 ob_dc563e40b67572a9cb79378a5d68a90a_bdic-val-054-049b
ob_b1afab368aed85691a7c78428441db41_bdic-val-055-158b
Le 25 août 1916 : le Prince de Monaco

Le 25 août 1916 : le Prince de Monaco

ob_b2a6cad317f7a7d442bb32a4ab71a733_bdic-val-059-048b
Le 21 septembre 1916 : mission norvégienne, Monsieur Castberg, président du Sorting norvégien et Maurice Barrés

Le 21 septembre 1916 : mission norvégienne, Monsieur Castberg, président du Sorting norvégien et Maurice Barrés

ob_e4f466dec4e2e048827d5d0b21a8c059_bdic-val-055-157

ob_54c68ded04c0ff9719776e80a77aa3b9_bdic-val-058-017b
ob_1fad37f36926ff3af667cb868f99f5c2_bdic-val-058-018b
Le 22 septembre 1916 : mission japonaise

Le 22 septembre 1916 : mission japonaise

ob_e7fcd1caa2011fa1352bdc39abc02c34_bdic-val-052-180

ob_a8daabe0abba8ce6398efe9aa2ed6bc4_bdic-val-059-061b
ob_0e1cc89549feb592176fa9353fb7da01_bdic-val-059-087b
ob_828f4c9edc135bd66ed004d2a5ae5042_bdic-val-059-088b
ob_9d3a163a4adc9bf28a0e6393c34f334b_bdic-val-055-038b
ob_a5a8ce0994a8ac4fc0b790821efe9d32_bdic-val-055-161b
27 septembre 1916 : mission espagnole

27 septembre 1916 : mission espagnole

ob_8f187c3c537ca3bb38ca4a03a39006a0_bdic-val-052-181b

ob_9c36288d6362e6cf21700f7c04c3695b_bdic-val-054-110b

 ob_f4b19acd2f26a6a1d8cbab675d447542_bdic-val-052-182b

Le 26 septembre 1916 : mission parlementaire française (MM. Balande, Leredu, Groslard, Flayelle, Sixte-Quenin, Hub. Rougier, etc.)

Le 26 septembre 1916 : mission parlementaire française (MM. Balande, Leredu, Groslard, Flayelle, Sixte-Quenin, Hub. Rougier, etc.)

ob_d4b108834ba9a22bed13c65bf4cc3859_bdic-val-054-061b

ob_3a5262fe53d93776c190fb298f5bf419_bdic-val-054-109b
ob_79638ca4652c816c631dca96642c6451_bdic-val-054-111b
ob_5ad6ff893ae29e94f2d9490dbc4821c3_bdic-val-054-117b
Le 30 septembre 1916 : mission parlementaire française (MM. Le Roy, de Wendel, Lefas, Deguise, Charpentier, Foucher)

Le 30 septembre 1916 : mission parlementaire française (MM. Le Roy, de Wendel, Lefas, Deguise, Charpentier, Foucher)

ob_9fc9474ce67329b74211bf3c376a8aa4_bdic-val-052-183e

ob_c842064469ee564a0edcc2304b175666_bdic-val-054-050b
ob_b9c97feb2c52cbf33e94355ea152df09_bdic-val-055-163b
 Le 18 octobre 1916 : mission des journalistes neutres

Le 18 octobre 1916 : mission des journalistes neutres

ob_250b10d38f08a874f8aac12d722578f1_bdic-val-052-111b

ob_c57bbfb5f2dc4ce495e10b6cd395f67c_bdic-val-054-031e
ob_5db7ebf2a2bcd7848ffcc3d43fbc1b38_bdic-val-054-073bjpg
ob_195692ff15a9628ccbf8fe977eee4f26_bdic-val-055-164b
Le 30 octobre 1916 : mission d'académiciens espagnols
ob_0e0ab53231e35b8ed95208c058d28f1a_bdic-val-059-050b
ob_49951d2e77de285bc3f6242147655a82_bdic-val-059-089b
Le 30 octobre 1916 : mission d'académiciens espagnols

Le 30 octobre 1916 : mission d’académiciens espagnols

ob_2bc228dd21f8f07aeec2136606e39d16_bdic-val-054-074b

ob_0d7aaed93b65583cff8b6bc0bf86ee47_bdic-val-055-039b
Le 19 décembre 1916 : mission de diplomates américains

Le 19 décembre 1916 : mission de diplomates américains

Share Button

Reims sous les Obus – « Collection Patrie » n° 22

De 1917 à 1920 paraissent, chez Frédéric Rouff Éditeur, (8 bd de Vaugirard Paris) 154 fascicules de la Collection Patrie.

Une autre série verra le jour pendant et après la Seconde Guerre Mondiale.

Ces « ouvrages complets illustrés » vendus quelques centimes, de petit format (19 x 14 cm), et de 24 pages, comportent 1 dessin en couleur sur la couverture, généralement assez précis au niveau des détails et des couleurs, et quelques dessins noir et blanc à l’intérieur de moins bonne qualité.

Les récits sont très patriotiques. Ils racontent les grandes batailles de la guerre ou certains épisodes plus précis en mettant en scène des combattants de toutes les armes du simple soldat jusqu’aux maréchaux. Certains racontent le quotidien des populations civiles.

Voir la liste de tous les numéros parus sur la Grande Guerre sur le site dumoul.fr

Voici le n° 22 : « Reims sous les Obus », dans son intégralité

Reims sous les Obus - "Collection Patrie" n° 22
Reims sous les Obus - "Collection Patrie" n° 22
Reims sous les Obus - "Collection Patrie" n° 22
Reims sous les Obus - "Collection Patrie" n° 22
Reims sous les Obus - "Collection Patrie" n° 22
Reims sous les Obus - "Collection Patrie" n° 22
Reims sous les Obus - "Collection Patrie" n° 22
Reims sous les Obus - "Collection Patrie" n° 22
Reims sous les Obus - "Collection Patrie" n° 22
Reims sous les Obus - "Collection Patrie" n° 22
Reims sous les Obus - "Collection Patrie" n° 22
Reims sous les Obus - "Collection Patrie" n° 22
Reims sous les Obus - "Collection Patrie" n° 22
Reims sous les Obus - "Collection Patrie" n° 22
Reims sous les Obus - "Collection Patrie" n° 22

Collection Béatrice Keller

Share Button