• Archives: Rue des Moulins

Mardi 25 septembre 1917

Louis Guédet Mardi 25 septembre 1917 1110ème et 1108ème jours de bataille et de bombardement 9h matin  Nuit agitée, du canon tout le temps, et puis la crainte du bombardement. Ce matin je suis tout démoli. Journée avec léger brouillard qui s’annonce comme magnifique comme les précédentes. Hélas on n’ose en jouir. Hier soir lu …Voir +

Dimanche 23 septembre 1917

Louis Guédet Dimanche 23 septembre 1917 1108ème et 1106ème jours de bataille et de bombardement 8h matin  Nuit tranquille. Ce matin brouillard épais qui s’élève en ce moment et une belle journée se prépare. Voilà le 1er brouillard d’automne, en attendant l’hiver. Mais quel bel automne avons-nous eu. Voilà la St Remi qui approche, que …Voir +

Lundi 18 juin 1917

Louis Guédet Lundi 18 juin 1917 1010ème et 1008ème jours de bataille et de bombardement 6h matin  Hier soirée orageuse, lourde, nuit étouffante, énervante, on ne pouvait dormir, puis ajouté à cela le canon et les obus. Orage formidable vers 2h du matin qui nous a encore empêchés de dormir avec son tonnerre. La température …Voir +

Mardi 11 juillet 1916

Louis Guédet Mardi 11 juillet 1916 668ème et 666ème jours de bataille et de bombardement 7h1/2 soir  Été à Trigny, parti à 8h ce matin et rentré à 7h où j’ai trouvé tout mon personnel fort agité et émotionné. On venait de subir un fort bombardement. Tout notre quartier et la ville paraissent fort atteints : …Voir +

Mercredi 1 mars 1916

Louis Guédet Mercredi 1er mars 1916 536ème et 534ème jours de bataille et de bombardement 8h1/2 soir  Journée calme, beau temps, allocations militaires ce matin, peu de choses, assez occupé, du courrier que je n’ai pas encore terminé. Ce sera pour demain. Depuis 7h1/2 du soir une satanée pièce lourde tire derrière mon dos, et …Voir +

Mardi 20 juillet 1915

Paul Hess A 11 heures, un violent bombardement commence, alors que nous sommes à travailler tranquillement, au bureau. Personnellement, je suis occupé, à ce moment, avec trois ou quatre boulangers et commerçants qui m’entourent, attendant des bons de livraison de farine, essence, etc. Au premier sifflement, en succèdent d’autres très rapprochés et avant qu’il m’ait …Voir +