Mardi 22 septembre 1914

Abbé Rémi Thinot 22 SEPTEMBRE  – Une petite pluie ; la brume ; mauvais temps pour nos troupiers ; mauvais temps pour nos ruines. Les pierres calcinées détrempées vont s’effondrer. J’ai passé une matinée dans la cathédrale avec Poirier et les journalistes américains. Pendant que j’étais dans la nef, est tombée la petite lampe de l’autel, à droite du St. …Voir +

Lundi 21 septembre 1914

Abbé Rémi Thinot 21 SEPTEMBRE : J’ai dit ma messe ce matin au Grand Séminaire. Je ne suis pas très reposé encore ; du reste, le canon a tonné toute la nuit. Hier soir, J’ai donné le dîner à 3 soldats du 71eme qui, cachés trois Jours dans le grenier d’une ferme au-dessus de Bétheny, au milieu …Voir +

Dimanche 20 septembre 1914

Abbé Rémi Thinot 20 SEPTEMBRE ; 10 heures ; dans la cathédrale : Oh ! la triste nuit ! En quittant hier soir la cathédrale, c’était à l’heure où elle formait déjà un brasier immense… Il était 3 heures 3/4 environ quand, sortant de la Réserve, je dis à M. le Curé ; « Je vais voir le feu ». Les échafaudages brûlaient ; …Voir +

Samedi 19 septembre 1914

Abbé Rémi Thinot 19 SEPTEMBRE ; 1 heure du matin : J’ai dormi sur un matelas dans la salle-à-manger. La canonnade française n’est pas éloignée ; à intervalles assez espacés, elle tire en rafales, en salves cinglantes. Mon Dieu, encore un jour douloureux qui s’ouvre, qui monte du fond des ateliers de vos justes, de vos trois fois …Voir +

Vendredi 18 septembre 1914

Abbé Rémi Thinot 18 SEPTEMBRE – minuit – Je me réveille en sursaut… une canonnade lointaine, mais assez serrée me saisit et me décide à me lever et à me tenir prêt à toute éventualité. Il est trop évident que, de part et d’autre, l’action se serre, se serre… Je descends et vais m’installer sur …Voir +

Jeudi 17 septembre 1914

Abbé Rémi Thinot 17 SEPTEMBRE : Il est 4 heures du matin ; l’explosion des bombes tombant assez près, sur le Boulevard, et à l’instant sur le Grand Séminaire vraisemblablement, m’a décidé à me lever et à descendre à la salie-à-manger, où je vais dire mob bréviaire – prêt à sortir s’il y a nécessité – J’ai passé …Voir +

Mercredi 16 septembre 1914

Abbé Rémi Thinot 16 Septembre ; 11 heures – Nous sommes canardés ici depuis 9 heures réponses des allemands aux batteries qui sont placées chez Lelarge et au Champ de grève. Vers 10 heures, d ou 3 projectiles sont tombés tout près ; un m’a paru avoir saccagé le Lycée où il y a encore 50 à 70 blessés …Voir +

Mardi 15 septembre 1914

Abbé Rémi Thinot 15 SEPTEMBRE : A 5 heures du matin, la canonnade a repris intense. Il est 1 heure de l’après-midi ; elle n’a pas cessé. La ligne des forts sert toujours de position aux allemands et elle est solide. Cette position, un mouvement tournant seul en aura raison. Ce mouvement est entrepris depuis hier. De la …Voir +

Lundi 14 septembre 1914

Abbé Rémi Thinot 14 SEPTEMBRE : 2 heures ; J’ai passé ma matinée aux Caves Pommery, sur les toits. A nos pieds, une des deux batteries établies sur les Coutures, l’autre un peu plus loin sous la butte St. Nicaise (cette dernière n’a pas tiré le matin. Il y a des duels d’artillerie du côté de la …Voir +

Dimanche 13 septembre 1914

Abbé Rémi Thinot 13 SEPTEMBRE : Une tempête épouvantable la nuit… Ce matin, de bon matin, du mouvement en ville. Je sors à 6 heures. Déjà, des bandes de garnements pillaient les pauvres restes de l’ennemi ; paille, boîtes etc… sur la Place du Parvis. Un petit troupier vient d’arriver en courant place Royale et d’ajuster un Prussien …Voir +

12 septembre 1914 : « La Chaise au Plafond »

Le 12 septembre 1914, marque la fin de la Première Bataille de la Marne (commencée le 6 septembre 1914). Au cours de cette première bataille décisive, les troupes franco-britanniques réussissent à arrêter puis repousser les Allemands. Reims occupée depuis le 3 Septembre par l’ennemi, est alors libérée. Mais les Allemands s’accrochent aux forts situés à …Voir +

Samedi 12 septembre 1914

Abbé Rémi Thinot 12 SEPTEMBRE – samedi – 9  heures ; je suis dans la cathédrale, dans une stalle près de l’orgue. C’est une révolution. On vide la nef et les bas-côtés de toutes les chaises. Il faut loger ici 3.000 prisonniers. Et la discussion n’a pas été admise. L’autorité ne voulait même pas permettre l’enterrement …Voir +

Vendredi 11 septembre 1914

Abbé Rémi Thinot 11 SEPTEMBRE : 6 heures du matin ; toute la huit, les convois ont remonté la rue de l’Université – et des convois qui faisaient trembler la maison – l’artillerie lourde probablement. Rencontré en tramway un bonhomme se plaignant que la politique ait empoisonné le pays ; « voyons, M. le Curé, vous vendez des prières ; je …Voir +

jeudi 10 septembre 1914

Abbé Rémi Thinot 10 SEPTEMBRE – soir – D’interminables convois ont traversé Reims en retour aujourd’hui. Conséquence de la formidable action qui s’est déroulée tous ces Jours du côté de Montmirail. L’ennemi, repoussé vers Châlons avec des pertes énormes (en a-t-il passé à Reims ; en est-il arrivé des blessés depuis hier !) et tout son terrain d’action …Voir +