Vendredi 8 janvier 1915

Aussi dès le matin, on se questionne. Qu’en est-il de cette formidable attaque de notre part ? On apprend bientôt, en ville, que notre tir d’artillerie a porté sur les tranchées allemandes où il y aurait eu des pertes plus élevées que pour nous. Néanmoins, le résultat de l’action n’est pas appréciable, paraît-il des tranchées …Voir +

Jeudi 7 janvier 1915

7 janvier – Hier et avant-hier, après les nuits calmes, les obus ont continué à tomber. Aujourd’hui, le bombardement est sérieux toute la matinée. – Vers 13 heures 45, un appariteur suppléant de la mairie, M. Launois, que j’avais vu à son poste ce matin, est tué rue de Cernay par un obus, en revenant reprendre …Voir +

Mercredi 6 janvier 1915

Nuit tranquille. Visite à l’Ambulance de Rilly, aux Chasseurs de Gascogne (d’Astarac). Visite au Général Pélacot. Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. Travaux de l’Académie Nationale de Reims 6 Mercredi – Même temps.Canonnade et bombardement toute la journée principalement faubourg de Laon. Vers 5 h du soir, bombes incendiaires dans la …Voir +

Lundi 4 janvier 1915

Bombardement dans la matinée et au cours de l’après-midi. Une forte canonnade se fait entendre au loin toute la journée. – Lorsque j’arrivai au bureau, ce matin, Cochet, le pince-sans-rire, me dit de l’air le plus sérieux : -« Pour une fois, il y a un article intéressant sur Le Courrier d’aujourd’hui ». – Ah ! fis-je, …Voir +

Dimanche 3 janvier 1915

Hier, le bombardement a repris vers midi, puis le soir, à 21 h. Aujourd’hui, nos grosses pièces ont commencé à tonner dès le matin. Un fort bombardement s’est déclenché à 15 heures. – Le bruit se répandant en ville, du prochain départ des GVC* et de tous les services militaires, hôpitaux, intendance, une certaine inquiétude …Voir +

Vendredi 1er janvier 1915

Les événements de la guerre ont amené une véritable perturbation dans les services de l’hôtel de ville. Il en est qui se sont trouvés désorganisés entièrement ; d’autres qui n’ont pu continuer à marcher qu’avec l’aide d’auxiliaires. Enfin, des bureaux provisoires nouveaux ont dû être installés et mis à même de fonctionner, pour les allocations, …Voir +

Jeudi 31 décembre 1914

Nuit calme. Bombardement qui a fait des victimes, dans la matinée, rue Jacquart. – Le Courrier de la Champagne de ce jour, donne le compte-rendu d’une séance du conseil municipal qui, dit-il, a eu lieu hier, sous la présidence de M. le Dr Langlet, maire, à laquelle étaient présents : MM. Gougelet, Chezel, Lecat, Perot, …Voir +

Mercredi 30 décembre 1914

Nuit calme. Bombardement dans la journée. – A propos de la nouvelle aussi (dont a fait mention Le Courrier du 27 courant) annoncée malgré la censure, de l’avance d’un train jusqu’au Châtelet, ce qui, naturellement, ne pouvait que laisser supposer aux Rémois du dehors la délivrance de notre ville, le même journal insère ceci, aujourd’hui …Voir +

Mardi 29 décembre 1914

Nuit calme. Bombardement dans la journée. – Reims paraît vide. Il est de fait que sa population est si fortement réduite qu’on peut l’évaluer actuellement à peu près au 1/6 de ce qu’elle était avant la mobilisation. Sur la fin d’août, avant l’arrivée imminente des Allemands, bon nombre de Rémois effrayés à la vue de …Voir +

Dimanche 27 décembre 1914

Nuit assez calme. Dans la journée, tir de nos pièces et bombardement. l’après-midi, des obus arrivent dans le quartier de Neufchâtel. – La chronique de bombardement du Courrier dit aujourd’hui : Le bombardement (102e jour de siège) Après le « Taube » qui, vendredi dans l’après-midi, fit tomber trois bombes, sans résultat que de la poudre perdue, …Voir +

Samedi 26 décembre 1914

Quatrième nuit de fusillade très intense et de canonnade nourrie à l’est de Reims. – Un aéroplane lance des bombes sur la ville, à 14 heures. Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos Samedi 26 décembre – Nuit tranquille, sauf quelques coups de grosse artillerie. Canonnade assez vive toute la journée. …Voir +

25 décembre 1914

Nuit claire. Détonations de nos grosses pièces et nombreux coups de fusil. Vers 16 h, des mitrailleuses tirent sur un aéroplane allemand qui passe au-dessus de la ville. – Depuis trois mois et demi que dure le bombardement, nombre d’habitants de Reims n’ont pour ainsi dire pas quitté les caves. Beaucoup de ceux restés en …Voir +